Meurtres en Haute-Savoie

Entre mystère et rebondissements, cette nouvelle enquête donne du fil à retordre.

meurtres_rtbf

À l’automne dernier, les montagnes savoyardes ont hébergé les équipes de tournage de Meurtres à…. Le dernier épisode en date s’étant déroulé en Bretagne (Meurtres en Cornouaille), la production a décidé d’attendre encore un peu avant de mouiller littéralement le maillot, même si elle ne recule devant rien concernant les moyens investis dans les tournages. Depuis son lancement en 2013 sur France 3 et en 2015 sur la Une, la série policière suit une courbe plus que satisfaisante au niveau des audiences (en moyenne 4 millions de téléspectateurs). Sept téléfilms ont été réalisés entre 2017 et 2018 pour boucler cette cinquième saison. Ce nouveau meurtre en Haute-Savoie emmène Gwendoline Hamon (qui joue le rôle de Claire Garibaldi et non pas de Cassandre, pour le coup) sur la terre de son enfance.

Une femme de 75 ans, Barbara Herbier, a basculé dans le vide au milieu des télécabines reliant Avoriaz à Morzine. Après autopsie, la brillante officière de police judiciaire exerçant d’habitude à Lyon va devoir résoudre cette enquête mystérieuse en terrain connu (mais glissant) avec l’aide de son frère, Pierre Garibaldi, qui dirige la brigade de proximité de Morzine. Ce dernier est interprété par Thibault de Montalembert (alias Mathias Barneville dans l’excellente série française Dix pour cent), qu’on regrette de ne voir davantage sur les écrans. Le duo d’acteurs, supporté par des guests de luxe comme Bruno Putzulu et surtout Jacques Weber, fonctionne à merveille dans cette énigme confrontant deux familles savoyardes: Les Herbier et les Garibaldi. En exploitant intelligemment le filon des légendes et en s’intéressant à l’histoire de la région traitée, la série parvient toujours à nous scotcher devant la télé (juste pour connaître le nom du meurtrier).

Sur le même sujet
Plus d'actualité