Bull, les nouveaux mentalistes

Après NCIS, Michael Weatherly fait ses premiers pas dans Bull, une série judiciaire plutôt efficace.

bull_rtl

Les sciences du comportement ont déjà bien inspiré les scénaristes américains. Cet intérêt avait d’ailleurs donné naissance à plusieurs succès tels que Mentalist ou le plus éphémère Lie to me. Les héros de ces deux-là observaient de près la psychologie de criminels pour mieux les confondre. Bull, série US lancée outre-Atlantique à la rentrée 2016, s’appuie une nouvelle fois sur cette fascination, mais dans un cadre différent, à savoir celui de l’univers judiciaire. Ici, le Dr Jason Bull (incarné par Michael Weatherly) cherche à anticiper les réactions et les décisions prises dans le cadre de procès, en étudiant les caractères d’avocats, de jurés et de témoins. Il est bien sûr accompagné d’une équipe composée de profils hétéroclites: un ancien procureur (Freddy Rodriguez, Six Feet Under), une psychologue (Geneva Carr, New York Section criminelle), une enquêtrice (Jaime Lee Kirchner, The Mob Doctor), etc.

Sur le fond et sur la forme, ce feuilleton – toujours en cours de diffusion aux États-Unis sur la chaîne CBS où il réalise de belles audiences – ne surprend guère mais ravira les fans du genre. L’un de ces points forts, toutefois, est d’avoir été co-conçu par Phil McGraw. Un personnage plus connu là-bas sous le pseudo de « Dr Phil », dont la très riche carrière l’avait amené, justement, à produire ce type de conseils juridiques. « À cette époque, explique-t-il, quand j’entrais dans un tribunal, je connaissais absolument tout des personnalités des membres qui composaient le jury. Je savais comment ils jugeraient les affaires en cours. » Le second co-créateur de Bull n’est autre que Paul Attanasio, réputé pour avoir imaginé le charismatique Dr House. Autant dire que l’association de ces deux-là garantit des épisodes solides et divertissants, quand bien même ils baignent dans le déjà-vu.

Sur le même sujet
Plus d'actualité