Musique, Maestro

La finale de The Voice Belgique est l'occasion de mettre en lumière les talents de l'ombre.

voice_jeff_danes_rtbf

Parlons des artistes de The Voice. Ceux qui nous bluffent à chaque émission, depuis 7 saisons. Les musiciens! Ce band de pros au fond de la scène, qui passe sans fausse note de Desireless à Hooverphonic ou Sam Smith et s’adapte à toutes les mélodies et toutes les réinterprétations. À The Voice Belgique, on n’a pas les moyens de la France mais oufti on sait jouer de la gratte! “Le groupe joue en live entre 200 et 220 titres” compte Jacques Pili, directeur musical. “Chaque arrangement est comme un costume taillé sur mesure sur la voix et la personnalité du candidat. Ce sont eux qui m’inspirent, avec le brief et l’échange avec le coach. Il arrive désormais que l’on rejoue des morceaux, mais ils sont chaque fois revus. Le groupe est resté à 90 % pareil depuis le début. Avec le temps, on a adapté le line-up aux nouvelles sonorités, en ajoutant des sons plus électroniques.”

Cette édition, c’était celle de tous les dangers. La cuvée 2017 avait déçu, le public était lassé, les coachs grognons. On retiendra du millésime 2018 une ambiance bienveillante et de sacrés artistes. “C’est la meilleure fournée depuis 7 ans”, s’émerveille Jacques Pili. « La saison 3, avec Loïc Nottet et Alice on the Roof a trouvé 3 ou 4 personnalités hors du commun. Mais ici, le niveau moyen des candidats est vraiment élevé. Il y a eu un vrai travail de casting, une recherche active de talents. Des chanteurs qui ne venaient pas par peur d’être corrompus par la télé se sont présentés. Ils ont compris que, plus qu’un télécrochet, c’est l’occasion de se confronter à une réalité professionnelle. Même s’il n’y a hélas pas d’industrie de développement en Belgique francophone et que le salut passe par la France. C’est un souci des mentalités, de frilosité.” Un pronostic ou des coups de cœur? “Pour moi, Valentine de l’équipe de Matthew Irons et Jeff, chez B.J. Scott.”

Sur le même sujet
Plus d'actualité