Ridley Scott retrouve Alien

À 80 ans, sir Ridley Scott n’en a pas fini avec sa bestiole préférée: Alien témoigne encore d’un bel appétit.

alien_be

Le nom du réalisateur britannique reste indissociablement lié à un film-culte: Alien, le huitième passager, qui nous fit découvrir la bestiole la plus terrifiante de l’espace, un xénomorphe plutôt gourmand et qui ne fait pas franchement dans le sentiment. Pourtant, alors qu’il est perçu comme un maître en matière de science-fiction, trente ans se sont écoulés depuis Blade Runner en 1982 pour que le cinéaste retâte du genre. Et c’est tout naturellement qu’il revient vers ses premières amours et cette vilaine bête qui l’a rendu célèbre. Mais plutôt que produire une énième suite, il pense plutôt à un prequel, qui raconterait l’histoire de cet étrange squelette géant d’humanoïde aux côtes explosées qui apparaissait brièvement dans le film initial: “Personne ne s’est jamais demandé qui était ce colosse assis dans un siège étrange, où il se rendait et pour quelle raison. C’était ça qu’il fallait développer!

Prometheus voit donc le jour en 2012 avec un casting trois étoiles – Noomi Rapace, Michael Fassbender et Charlize Theron – et un budget pour le moins gourmand. Certains adorent, d’autres moins, mais voir l’univers d’Alien revenir sur le devant de la scène ne laisse personne indifférent. Suite directe sortie en 2017, Alien: Covenant poursuit le récit et propose une sorte de retour aux sources de la franchise. Certes, l’originalité des débuts se fait plus rare et le film ne tient pas toutes ses promesses, mais le spectacle n’en vaut pas moins le détour à l’autre bout de l’univers, grâce à des effets spéciaux que le réalisateur a voulu plus traditionnels et pas exclusivement numériques. Pour Scott, qui place Le voyage dans la Lune de Georges Méliès (1902) parmi ses films de science-fiction favoris, le séjour sur la planète cinéma est loin d’être achevé.

Plus d'actualité