Belgrade, la capitale de Mafialand

Serbie, les miliciens du crime, enquête dans un pays qui espère être admis dans l’Europe.

serbie_arkan_95_belga

Au bout de 20 ans d’investigations dans la pègre française, Jérôme Pierrat constate que tous les truands, même ceux du Bataclan, portent les mêmes armes. Des guns d’origine serbe. Une kalachnikov là-bas, ça vaut 200 €. Le journaliste part alors à Belgrade, pour découvrir la toute-puissante mafia locale. Il ne l’infiltre pas, il la rencontre. Les malfrats, parfois à visage découvert, et racontent leurs méfaits sans crainte apparente. Au fil des interviews, on comprend. L’État a tissé des liens serrés avec les gangsters. On en arrive au cœur de la pègre, les tribunes des stades de foot. Les hooligans des principaux clubs serbes gouvernent les trafics. Et assurent, en civil, le service d’ordre des événements du pouvoir. Ils font taire les opposants. Ils sont protégés, donnant-donnant. Pour mieux comprendre ces liaisons dangereuses, Jérôme Pierrat retrace le destin d’un mythe: Arkan (photo), criminel utilisé par les services secrets, soutien de Milosevic, chef de milice, criminel de guerre pourchassé par la courpénale internationale, meneur des supporters… et héros national. Un travail fouillé et terrifiant, qui rappelle les heures sombres de l’histoire européenne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité