Secrets oubliés

En mêlant la fiction et la réalité historique, Éric Duret tape dans le mille.

mensonge_rtbf

L’action se déroule dans la commune française de Guéret, à 100 km de Limoges. Derrière la caméra, Éric Duret, à qui l’on doit les succès télévisuels Meurtres au Pays Basque, Meurtres à Guérande ou encore Crime dans les Alpilles. Dans un style ressemblant, l’intrigue d’Un mensonge oublié joue aussi sur une mort suspecte. Celle d’Agathe Plichard, retrouvée noyée dans la Creuse. La jeune métisse allait se marier huit jours plus tard avec Félix Bricourt (incarné par Théo Frilet, un acteur à suivre), issu d’une famille riche. L’actrice Sara Martins a sa petite expertise en ce qui concerne les enquêtes policières (elle a tourné dans quatre saisons de Meurtres au Paradis et dans la série Détectives, avec Philippe Lefebvre). C’est donc avec son personnage, celui du commandant de police Carole Levasseur, qu’on va tenter de comprendre la mort d’Agathe.

Homicide ou suicide? En toile de fond, la fiction parvient à mettre en images une détresse trop méconnue, celle d’enfants au destin brisé. Entre 1963 et 1982, deux mille jeunes Réunionnais ont été déportés pour repeupler les campagnes françaises. Il y a quelques années, le gouvernement français a reconnu sa responsabilité morale face à la tragédie des “Réunionnais de la Creuse”. “C’est un crime contre l’enfance, il faut en parler dans les livres d’histoires” lâchera très justement un des protagonistes du film face à l’enquêtrice Carole Levasseur. Ce fait historique mettra sans doute encore du temps à être reconnu dans les manuels scolaires, mais au moins la télévision s’en empare de manière ponctuelle, au travers de téléfilms notamment. L’actrice Sara Martins aime “quand la petite histoire rejoint la grande Histoire”. Elle a raison: le réalisateur Éric Duret offre un traitement réussi -même si romancé par la fiction – de ce triste événement.

Plus d'actualité