Pays en crise: Moyen-Orient, tensions et fractures

De la crise du pétrole au conflit yéménite, l'Arabie Saoudite semble être en proie à une révolution silencieuse.

arabie_arte

« Je n’ai pas le droit de prendre ma copine dans mes bras en public », explique un jeune Saoudien. Avec ses amis, ils font du rap dans leur cave de façon clandestine. Cela leur permet de respirer un peu dans un des pays les plus répressifs au monde. En Arabie Saoudite, les deux tiers de la population ont moins de trente ans. Grâce aux réseaux sociaux, ils savent ce qui se passe au-delà des frontières. Parmi eux, les femmes sont « le moteur du changement sociétal« , parce qu’elles désirent modifier leur statut sans pour autant renverser la monarchie. Celle-ci est menée par le prince héritier Mohammed ben Salmane. Jeune trentenaire visionnaire, il sait que son royaume doit réduire sa dépendance au pétrole, car depuis plusieurs années, le prix du baril stagne à un niveau très bas: une véritable menace pour la stabilité du pays.

Le pouvoir est aussi très critiqué en raison de sa participation à la guerre qui fait rage au Yémen depuis 2014. Un conflit qui se réduit à un huis clos misérable et dont on ne sait quasiment rien. Sur la ligne de front, un étrange affrontement mêle les opposants au pouvoir, les forces armées et de nombreux djihadistes issus d’Al-Qaida ou de l’État Islamique. Sous les bombes de la coalition menée par l’Arabie Saoudite, les citoyens implorent que ce déluge de feu s’arrête. « Une guerre est un pays que l’on n’entend pas. Voilà le Yémen aujourd’hui ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité