Pourquoi un journaliste du New York Times a coupé les réseaux sociaux pour mieux s’informer

Pour Farhad Manjoo, “ce n’était pas tant les journaux qui étaient si géniaux que les médias sociaux qui étaient très mauvais".

Farhad Manjoo

Le journaliste américain Farhad Manjoo a fermé ses réseaux sociaux en janvier et a décidé de ne plus s’informer qu’avec des journaux ou magazines papier. Il raconte dans le New York Times. “Ce n’était pas tant les journaux qui étaient si géniaux que les médias sociaux qui étaient très mauvais. Cela a changé ma vie. Maintenant, non seulement je suis moins accro aux actualités, mais je suis également mieux informé (bien qu’il y ait des “angles morts”, ici ou là). J’ai aussi honte d’admettre la quantité de temps libre dont je dispose maintenant.” Il s’est également rendu compte qu’une grande partie de ce que l’on peut lire en ligne n’est pas vraiment de l’actualité, mais plutôt un flot infini de commentaires qui trouble notre vision du monde, plutôt qu’il ne la clarifie.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité