Pas de saison 2 pour eLegal

Le cabinet De Facto a fermé définitivement. Un premier échec pour les séries RTBF.

eLegal RTBF

La quatrième production du fonds Wallonie-Bruxelles RTBF (après La trêve, Ennemi public et Unité 42) s’est achevée le 10 février sur un score de 103.695 téléspectateurs pour le 10e épisode. Moche… Bien sûr on doit y ajouter les 57.052 personnes qui ont vu ce dernier épsiode dans les jours qui ont suivi, sur Auvio ou leur disque dur. Mais cela reste très peu. Trop peu pour convaincre la chaîne de relancer la machine. Ariane Meertens, responsable des séries belges RTBF précise : « Effectivement, il n’y aura pas de 2e saison – les audiences n’ont pas scoré, c’est une évidence. MAIS il n’y avait pas eu de dépôt de saison 2 auprès du Fonds séries FWB-RTBF. Il n’y a donc pas à proprement parler d’arrêt d’eLegal« . Juste une absence de suite…

Elegal se termine donc en queue de poisson, sur un cliffhanger qui voit partir une des héroïnes en prison. Une mauvaise nouvelle pour les milliers de téléspectateurs qui ont suivi les personnages. Mais pas vraiment une surprise. La série manquait de rythme, et les histoires se déroulaient dans un cadre sans imagination, passant de façon cyclique de décors de carton-pâte meublés par Ikea, aux lieux prêtés par un hôtel visiblement partenaire. Un regret supplémentaire : le poids de l’histoire reposait sur le personnage un peu falôt de Valentine (Olivia Harkay), alors que celui de Fran (Raphaëlle Bruneau), tenait mieux la route, même dans ses incohérences.

Après le joli succès d’Unité 42, l’échec d’eLegal n’est pas une catastrophe. Il y en aura d’autres. Impossible, même en encadrant au mieux ses équipes, de réussir toutes ses productions. Deux des scénaristes d’eLegal, pas découragés, ont d’ailleurs vu un autre projet, Pure, accepté par le Fonds, pas rancunier. Signée Julien Gras-Payen et Sarah Schenkel, l’histoire démarre à Anvers, où sont déchargées sept tonnes de cocaïne, destinées au marché bruxellois. Ce qui va transformer la vie de quatre jeunes Belges.

En attendant que le développement de Pure aboutisse – peut-être – à une diffusion, la RTBF ne manque pas de cartouches. Prochain rendez-vous, au mois de mai : Champion. Une programmation et un titre qui ne sont pas anodins puisque le 14 juin 2018 marque le début de la Coupe du monde de football en Russie. Or de quoi parle Champion ? D’une star du foot à l’ego gonflé à l’hélium, Souliman Ben Arafa (Mourad Zeguendi, Les barons, Dikkenek), qui a eu à peine le temps de connaître la gloire avant de s’écraser comme un crachat. Mais il n’a évidemment pas renoncé… Pour la première fois, le ton sera celui de la comédie. C’est évidemment un risque – rien n’est plus triste qu’une comédie où on ne rit pas – mais on l’espère payant, parce que l’humour belge vaut vingt fois son poids de boulettes sauce lapin.

Enfin, à la rentrée, on découvrira ce que l’équipe de Matthieu Donck (La trêve) et Matthieu Frances (Ennemi public) nous ont réservé dans leurs saison 2, avec des personnages forcément marqués par les drames qu’ils ont vécus dans la saison 1. La première part du meurtre d’une femme, retrouvée dans sa piscine, près de Heiderfeld. La deuxième se situe deux ans après la libération de Béranger, quand Chloé, qui recherche toujours sa sœur, revient à Vielsart…

Sur le même sujet
Plus d'actualité