Série noire : soirée Patrick Dewaere

Trente-six ans après sa disparition, Patrick Dewaere reste le modèle de la jeune génération. Arte lui rend un (trop) petit hommage.

serie_noire_arte

Dewaere a failli naître sur scène, du ventre de Mado Maurin, comédienne. Pour le père, c’est plus flou. Patrick apprendra très tard qu’il est le fils d’un chef d’orchestre, un certain Michel Têtard. Une première brisure dans sa vie. Qui va propulser un destin fulgurant et hors du commun. Il joue en effet déjà face à Pierre Fresnay dans Monsieur Fabre, âgé seulement de quatre ans. Et à 7 ans, c’est Clouzot qui le dirige dans Les espions. Mais l’acteur a le diable dans le corps et le système l’horripile. Il ne s’appellera désormais plus Maurin mais Dewaere et c’est tout naturellement qu’il intègre à 18 ans la troupe de théâtre anarchiste de Romain Bouteille, le Café de la Gare. Il y rencontre Coluche et Miou-Miou. Qui va lui faire tourner la tête. Au point où au moment où elle le quitte pour Julien Clerc, il collera son poing dans la figure du chanteur.

En amour comme dans les films, Dewaere se donne à fond, sans tricher. C’est sa force, lui qui doute tellement et souffre de ne recevoir que les propositions refusées par Depardieu. N’empêche que dès Les valseuses, il crève l’écran dans la peau de Pierrot (rôle qu’il a dû arracher à Blier parce qu’il était trop costaud). C’est encore avec la même urgence, la même violente fragilité qu’il va continuer à empoigner ses rôles, lui l’homme plein de vie, qui s’échinera à jouer les écorchés vifs jusqu’au trouble. Mais avec un talent démentiel.

Qu’il soit le tyrannique Marc, passé maître dans l’humiliation de son collègue mono dans La meilleure façon de marcher (à 22h40 sur Arte). Ou le VRP glauque de Série noire (à 20h30 sur Arte), dingo à se fracasser la tête contre une DS (l’acteur s’y emploiera sans le moindre trucage pour “faire vrai”). Fragile (on sait aujourd’hui par une indiscrétion de Gégé qu’il a été abusé plus jeune), il vit à cent à l’heure et plonge le nez plus qu’il ne faut dans la coke. Il dérape. Tout s’arrête d’un coup de fusil dans la bouche le 16 juillet 1982. Il avait 35 ans. Il les a toujours. Si on lui disait qu’il est devenu aussi culte que James Dean, il en rirait bruyamment pour cacher son plaisir d’y être enfin arrivé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité