Le monde en face: Le parcours des combattantes

Pétri d’écoute et d’humanité, Olivier Delacroix ramène son style à part dans Le monde en face

olivier_delacroix_f2

Son look, partagé entre la sobriété de la chemise blanche et du col en V et la folie douce de ses longs cheveux maltraités par l’iode, révèle déjà toute la singularité du personnage. Dans un paysage journalistique où les reportages sont de plus en plus formatés, Olivier Delacroix a su imposer son style. Et si le ton de ses commentaires trahit le parcours classique qu’il a suivi en école de journalisme, la profondeur de ses interviews tranche avec la course au sensationnalisme que beaucoup d’autres ont préféré mener. Baroudeur de l’humain, explorateur des thèmes société, l’homme aux yeux les plus célèbres du PAF est à l’aise sur tous les terrains.

En sept saisons de Dans les yeux d’Olivier, il en a rencontré des gens, entendu des histoires. À chaque fois, il les recueille avec la même bienveillance, la même soif de comprendre autrui sans le juger, le laissant s’exprimer sans coupure ou questions téléguidées. Il a compris qu’un bon journaliste ne doit pas seulement bien parler mais aussi bien écouter. Dur d’imaginer qu’il a démarré avec Christophe Dechavanne à l’époque Ciel, mon mardi! tant les caractéristiques des deux animateurs se sont éloignées. Mais là où certains tournent en vase clos dans leur Paris égocentré, Olivier Delacroix a vécu. Plusieurs vies même, c’est peut-être de là que vient sa capacité d’adaptation. Jalonné de triomphes comme les tournées avec son groupe Black Maria et de drames, dont le suicide de son père et la mort de son fils, le parcours est à l’image de celui des femmes qu’il rencontre ce soir: sinueux et rempli de sincérité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité