Descente aux enfers d’une femme sous influence

Amour, passion, crime et procès. Voilà les ingrédients-clés de Sous influence, diffusé en intégralité ce jeudi sur Arte.

sous_influence_arte

Yvonne Carmichael (Emily Watson) mène une petite vie bien proprette et rangée. Généticienne de renom, elle passe son temps à donner des conférences et à dîner avec sa meilleure amie ou sa famille. Mais son mariage avec Gary (Mark Bonnar) s’est enlisé dans la routine. Yvonne s’ennuie. Et c’est là que commencent les complications pour cette quinquagénaire issue de la bourgeoisie. Après un séminaire au Palais de Westminster, elle rencontre un inconnu (joué par Ben Chaplin) qui lui propose de visiter la Chapelle Secrète. Ils finiront par avoir des rapports sexuels contre un mur, dans une scène très chargée en érotisme. Tous deux mariés, les amants vont malgré tout continuer à se voir, faisant redécouvrir à Yvonne les joies et plaisirs du sexe. Elle se sent belle et valorisée dans les bras de “M. X” (dont on apprendra le nom plus tard).

Cette féminité retrouvée, Yvonne rayonne. Mais les choses vont se noircir lorsqu’elle se fait violer à la fin d’une soirée professionnelle par un collègue. Une scène courte, mais d’une violence inouïe. Brisée, Yvonne n’est plus que l’ombre d’elle-même. Adaptation du best-seller éponyme de Louise Doughty, Sous influence (Apple Tree Yard de son titre original) est bien plus qu’une histoire d’adultère ou de viol. Il s’agit de voir comment un crime non dénoncé peut finir en véritable enfer judiciaire. Comment une petite vie bien rangée peut virer au cauchemar. Comment les victimes de viol sont parfois mises en doute et dénigrées sur la scène publique. Et comment une femme bien sous tous rapports peut se retrouver menottée et amenée devant un juge. Portée par Emily Watson (Breaking The Waves, Everest, Cheval de guerre), cette minisérie en quatre volets de la BBC sait placer la tension là où il faut jusqu’à un final parfaitement maîtrisé. On en ressort bouleversé en se disant qu’après tout, “ça n’arrive pas qu’aux autres”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité