PRISON BREAK SAISON 5 : Michael Scofield sort de sa tombe…

Huit ans après la “fin” de Prison Break, on prend les mêmes et on recommence, pour une 5e saison de 9 épisodes.

prison_doc

On en profite pour ressusciter Michael Scofield (Wentworth Miller). Atteint d’une tumeur au cerveau inopérable, il s’était pourtant sacrifié pour sauver son frère Lincoln (Dominic Purcell), et sa chère Sara (Wayne Callies) en se faisant complaisamment électrocuter. Pourtant, plus fort encore que Raspoutine, il n’est pas mort. En tout cas c’est ce que déduit T-Bag (Robert Knepper) quand il reçoit une photo où l’on voit Michael enfermé dans une nouvelle prison. Le prélude est clair: cette nouvelle saison de Prison Break ne décrochera pas le pompon du scénario le plus vraisemblable. On atteint même le top du grand n’importe quoi. Mais contrairement à bien des séries qui ont laissé leurs fans perplexes quand elles ont tenté leur retour, on retrouve immédiatement les codes, l’ambiance, le rythme qui ont permis à Prison Break de tenir quatre saisons.

L’intrigue de départ, basée sur ce tatouage complexe qui allait permettre au héros de sauver son frère de prison, a fédéré des millions de téléspectateurs. Portés par le succès, les producteurs ont prolongé les aventures des évadés en s’appuyant non plus sur un scénario en béton mais sur les personnages, forts et bien incarnés. Une partie de l’audience, déçue, s’est diluée en cours de route mais la série a gardé un public de fidèles, accro aux deux frères, à T-Bag et Sucre (Amaury Nolasco). Impossible donc d’imaginer un reboot sans eux. Ils ont heureusement rempilé, ce qui permet à cette saison 5 de garder le charme des dernières et de paraître même un peu courte (9 épisodes seulement). Mais on sent d’autant plus les limites de l’exercice que Sucre ou C-Note (Rockmond Dunbar) par exemple ne font guère plus qu’une apparition. Il faudra un gros travail des scénaristes pour que la saison 6, en préparation, ne soit pas la dernière, pour de bon cette fois.

Plus d'actualité