Bitcoin Big Bang : L’improbable épopée de Mark Karpelès

De magnat du bitcoin à suspect du casse du siècle, la vie de Mark Karpelès connaît un cours pour le moins fluctuant.

bitcoin_big_bang_be

Crypto monnaie ton univers impitoyable. Depuis la montée en flèche du bitcoin et des autres monnaies virtuelles utilisant la blockchain, on ne compte plus les histoires de fortunes qui se sont faites et défaites en un battement de cil. À l’image des fluctuations de ces devises 2.0, la vie de Mark Karpelès s’est envolée avant de connaître un krach des plus violents. Passionné d’informatique autodidacte, le Français a senti tout le potentiel des crypto monnaies dès 2011 quand un client lui proposa pour la première fois de payer en bitcoins. Sous le charme de ce nouveau marché, il rachète une plateforme d’échange, Mt. Gox, qui ne cessera de croître jusqu’en 2013.

À cette époque, celui qu’on surnomme le baron du bitcoin dit gérer près de 80 % des échanges de BTC sur le réseau mondial soit plusieurs millions de dollars de transactions tous les jours. Mais depuis ses débuts Karpelès traîne quelques casseroles dont une condamnation à un an de sursis pour piratage en 2010. Génie de l’informatique mais moins à l’aise avec la comptabilité, le jeune homme prend des largesses avec la déclaration de ses actifs et, malgré sa fortune colossale, avec ses clients. En 2014, un “piratage” plutôt flou frappe Mt.Gox causant la disparition de 750.000 bitcoins pour un préjudice estimé à 263 millions d’euros (5.178.976.358,18 à l’heure d’écrire ces lignes). C’est le coup de grâce pour la plateforme qui dépose le bilan dans la foulée. Poursuivi par la justice japonaise et ses anciens clients, le trentenaire aussi connu sous le pseudo “Magical Tux” continue de clamer son innocence et sa bonne foi alors que son procès est toujours en cours à Tokyo.

Plus d'actualité