La Trois: Journée chocolat chaud

Ce dimanche s’achève la féerie du festival Anima. Pas de places? Ouftivi a concocté une journée spéciale.

illu_tv3

Le point commun des trois films proposés (outre leur grande qualité et le fait qu’ils ont tous été découverts dans des éditions précédentes d’Anima)? Tous se passent dans la nature et en peignent la beauté. Le premier, à 10 heures, Desmond et la créature du marais, a été réalisé en pâte à modeler et se voit dès 4-5 ans (il est long). On y découvre une joyeuse bande d’animaux dont la vie paisible est troublée par des disparitions d’objets. Le coupable est certainement la créature du marais (dont le look est une version soft de celle du lagon noir)! Sauf qu’on ne l’a jamais vue… Qui a piqué les pommes de Desmond le cochon, le rouge à lèvres d’Helena l’élan, les gants de boxe de Sébastien le lapin? À voir à l’écran en se réjouissant de montrer aux mômes un film drôle, esthétique, porteur de valeurs sans être moralisateur et sans stéréotypes (un putois fort en gueule câline une poupée, une éléphante est charpentier…). On enchaîne sur un format plus court, avec Monsieur Bout-de-Bois, création anglaise (par l’équipe de Gruffalo). En 45 minutes, on suit les (més)aventures d’un bâton papa, séparé de sa famille, prêt à tout pour la retrouver. Sauf qu’un chien le prend pour jouet. Un petit garçon en fait un arc. Il devient aussi boomerang, crayon… Créatif et poétique, il va faire marrer les petits (dès 4 ans). Enfin, pour les plus grands arrive à 17 heures le gros morceau: Tante Hilda!, magnifique fable écologique de Jacques-Rémy Girard, à qui l’on doit aussi La prophétie des grenouilles. Ici, derrière la fantaisie, le réalisateur transmet un vrai message: la douce et loufoque tante Hilda (Sabine Azéma) collectionne les arbres et les plantes, sa sœur, Dolorès (Josiane Balasko), froide et cupide, est P.D.G. d’un groupe agroalimentaire et pro-OGM. Pour une fois, on conseille de mettre les mômes devant la télé!  

Sur le même sujet
Plus d'actualité