Max et Vénus, le prime

C’est (presque) la Saint-Valentin, sortons les aphrodisiaques avec le premier prime de Max et Vénus. Trop romantique!

illu_tv

 

À la vue du programme du soir, surgit la moustache de Brassens et sa Non-demande en mariage: ”A aucun prix moi je ne veux effeuiller dans le pot-au-feu la marguerite”, qu’il disait. En gros: plutôt que la chaleur du four, cultivons l’étincelle. Le principe de ce premier prime de Max et Vénus, on n’y adhère pas. Reste à voir le souper, qui met tout le monde à table: les couples, les amants, les tendres et les célibataires-qu’on-n’oublie-pas.

Au menu: les conseils de Max pour mijoter sexy et faire de beaux dressages, les conseils love de Fanny, une pincée de Tatiana Silva, une louche de Gilbert Montagné, le tout gratiné de David Jeanmotte et pimenté de Laura Laune. Yeah. Glamour! Si l’on arrête de jouer les vieux du Muppet Show, on reconnaît objectivement que le programme est sympathique, bon vivant et relevé par la bonne humeur de Fanny Jandrain et l’impertinence de Max. Mais cette vision conventionnelle de l’amour le nez dans les casseroles nous reste sur l’estomac. Préférons le Kama Sutra aux livres de cuisine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité