Ben : Journaliste vs police

La série Ben conjugue enquête criminelle et journalistique autour du meurtre d’une jeune Tchèque.

illu_tv2

Grâce à l’une de ses sources, la journaliste Bénédicte Marceau (Barbara Schulz) trouve le cadavre d’une jeune fille de 20 ans, avant même que la police n’arrive sur les lieux. Une occasion en or pour celle qui travaille depuis à peine une semaine pour le Grand Ouest, le quotidien régional le plus important de Nantes. Cette affaire devient une obsession pour Ben qui se lance dans une enquête en solo pour trouver les responsables de ce meurtre sordide. Mère d’une fille de 17 ans, elle semble tirer un lourd passé derrière elle, comme l’illustrent de nombreux flash-back. En parallèle, la police de la ville poursuit elle aussi plusieurs pistes et n’apprécie pas vraiment la présence de la journaliste.

Ce drame policier en six épisodes (coproduit par la RTBF) montre très bien les rapports compliqués entre les forces de l’ordre et la presse. La cohabitation est difficile entre une journaliste envahissante et un commissaire (Samir Guesmi) qui désapprouve les méthodes de la jeune femme. Réalisé par Akim Isker (La Planque et quelques épisodes d’Alice Nevers le juge est une femme), Ben a de nombreuses qualités. L’écriture est travaillée, les acteurs sont bons et le tout est bien ancré dans notre réalité. C’est par exemple sans surprises qu’on verra la police et les journalistes se servir des réseaux sociaux pour avancer dans leur enquête. Barbara Schulz, Molière de la meilleure interprétation théâtrale en 2001, est convaincante dans son rôle de journaliste “fouille-merde” tout comme Samir Guesmi (Camille redouble, Ne le dis à personne) dans son rôle de commissaire bougon, mais pro. Ben s’ancre aussi dans la nouvelle tendance des séries à la jouer court avec ses six épisodes. Le réalisateur a cependant annoncé qu’il planchait déjà sur une seconde saison.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité