Eddy Caekelberghs: les raisons de sa suspension

Suite à l'envoi d'un mail jugé hors déontologie, le journaliste de La Première est écarté de l'antenne, le temps de l'enquête.

dec2deabe6603cd0945178ec4f8e1d2e

Lundi soir, après la présentation d’ Au bout du jour sur les ondes de la chaîne publique, Eddy Caekelberghs envoie – depuis son adresse professionnelle – un mail à deux membres de la laïcité belge et un ancien secrétaire du Parti Socialiste.

Dans ce courriel, le journaliste demande à ses destinataires de remettre en cause la politique migratoire du gouvernement. Il transfère également une vielle interview de Louis Michel qui, en 2009 s’exprimait sur la libre circulation et l’acceuil des migrants. Des propos tenus par le père du Premier Ministre, totalement en porte à faux avec ceux tenus par le fédéral aujourd’hui.

Un mail qui aurait du rester secret mais qui a atteri – on ne sait toujours pas comment – chez Sud Presse. Souhaitant une réaction officielle, le média l’a transmis mardi à Olivier Chastel, président actuel du MR. Ce dernier n’a pas tardé à réagir, prenant contact avec le directeur de l’information de la RTBF, Jean-Pierre Jacqmin et l’administrateur général, Jean-Paul Philippot, leur demandant d’établir clairement et rapidement la position de la RTBF. La réaction a été immédiate: Eddy Caekelberghs est suspendu, le temps d’une enquête interne. Une décision que Jean-Pierre Jacqumin justifie comme «une simple mesure de préservation de l’antenne, qui ne préjuge en rien des suites qui seront données à l’affaire.»

Eddy Caekelberghs n’a pas réagi publiquement à cette décision mais sur les réseaux sociaux, l’annonce fait polémique. Sur Twitter et Facebook, nombreux sont ceux qui prennent la défense du journaliste, reconnaissant qu’il a peut-être commis une erreur mais que la sanction doit être proportionnée, surtout précisent-ils quand on prend en compte le passé récent de la RTBF qui n’a jamais sanctionné Benjamin Maréchal, auteur de nombreux dérapages, publics…

Sur le même sujet
Plus d'actualité