Mission: protection, les anges gardiens de votre quotidien

Mission: protection rend hommage à ceux pour qui le fun est un métier.

illu_10

Tapis dans l’ombre, prêts à intervenir, les professionnels mis en lumière ce soir ont un travail ingrat. Leur job? S’assurer que rien ne vous arrive alors que vous ne pensez à rien d’autre qu’à vous amuser. Après avoir suivi le quotidien des urgentistes et des sapeurs-pompiers notamment, Mission: protection lève le voile sur les coulisses des activités de loisirs. Les équipes de la série originellement – et étonnamment – diffusée par Gulli, la chaîne pour les enfants, ont passé plusieurs mois dans l’envers du décor pour suivre ces “anges gardiens” là où ils opèrent. Stades de football, parcs d’attractions, zoos, bases de sports extrêmes, autant de lieux qui riment avec détente pour le commun des mortels mais pas pour ceux qui turbinent pendant que les autres sont occupés à faire le plein d’adrénaline.

Luttant contre la routine, leur pire ennemie, ils s’entraînent sans relâche en espérant ne jamais devoir mettre leur savoir-faire en pratique. Et le panel est large. En 90 minutes on vogue des secouristes du stade de Lens se préparant à une attaque terroriste aux cascadeurs du Puy du Fou en passant par les machinistes du Futuroscope. Le film rassurera sans doute les spectateurs les plus flippés, mais il risque d’ennuyer les autres, malgré tout le mal que la production s’est donné pour rendre les choses un peu plus spectaculaires. Même le renfort d’une bande-son anxiogène un peu ridicule et de phrases bateau dans la veine de “la moindre erreur peut avoir des conséquences dramatiques” ne parvient pas à nous captiver face au manque d’action offert à l’écran. Vite oublié, ce Mission: protection touche les limites d’un genre usé jusqu’à la corde et qui peine à se réinventer.

Plus d'actualité