Joseph Newman, un inventeur désespéré

Du génie à la folie, Joseph Newman a passé sa vie sur un fil, persuadé d’avoir inventé la source d’énergie la plus prodigieuse de tous les temps.

newman_dc

Quand l’équipe de télévision locale prend la route pour un tournage ce matin de la fin des années 70, elle s’attend à revenir avec un sujet qui tiendrait de Strip-tease. L’objet du reportage: Joseph Newman, un inventeur qui a notamment créé de révolutionnaires haltères en plastique, prétend avoir conçu une machine capable de produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Un exploit qui pourrait changer la face du monde et contredirait les lois fondamentales de la physique, ce qui explique le scepticisme légitime des reporters.
Trônant au milieu du garage, l’énorme engin fait de bois, de fils apparents et de ruban adhésif a un petit quelque chose de La soucoupe et le perroquet, chef-d’œuvre de la défunte émission de la RTBF. Sauf qu’il fonctionne! Rejoint par quelques spécialistes ahuris, il lance une procédure de demande de brevet mais se heurtera à une institution qui ne peut se résoudre à accepter ce qu’elle ne comprend pas. Plus que la véracité scientifique de la théorie – ici embrassée sans contrepoint -, Newman livre le fascinant récit du combat de ce messie autoproclamé face au système. Pour sa première incursion dans le genre, Jon Fox tire le meilleur de son sujet, nous retenant captifs, des débuts prometteurs à un final absolument parfait.

Plus d'actualité