Biocarburants: la désillusion

Dans Doc Shot, François Mazure présente L'or vert, l’histoire des biocarburants, solution pleine de promesse qui s’est progressivement transformée en fausse bonne idée.

169_emi_803184

Ce n’est plus un secret que pour les ignorants ou le président des États-Unis: l’activité économique met notre belle planète sous une pression intenable. Pour espérer inverser la tendance, une seule solution: réduire drastiquement  – puis totalement – nos émissions de gaz à effet de serre et donc changer nos modes de vie reposant sur l’utilisation massive d’énergies fossiles. Dans ce contexte, l’arrivée du biocarburant a créé un enthousiasme compréhensible. Fini l’or noir, bonjour l’or vert! À plus d’un titre, remplacer le vilain pétrole par du fuel issu de l’agriculture avait tous les atours d’une solution du futur. Assurer la transition écologique tout en donnant des débouchés à des agriculteurs en surproduction, c’était du win-win pour la nature et les marchés, un scénario de rêve pour financiers et politiques. Sauf que, derrière les promesses, les limites de cette énergie renouvelable n’ont pas tardé à apparaître.
Au lieu de préserver l’environnement, le lancement de la production des biocarburants à mener à davantage de désastres écologiques. Et comme souvent, ce sont les plus faibles qui paient la note. En Indonésie et en Argentine, la culture du soja et de l’huile de palme engendre une déforestation massive qui rend les régions hostiles. Et avec la forêt, ce sont les prix des matières premières qui flambent, rendant la nourriture encore moins accessible pour les populations les plus pauvres. Enfin, le faible cours du pétrole pourrait achever les espoirs placés dans les agrocarburants. Fruit de huit ans de recherches entre les terres souffrantes argentines, les champs vallonnés de chez nous et les jeux d’influences du rond-point Schuman, le documentaire de Sergio Ghizzardi retrace l’histoire d’un mirage écologique et économique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité