Paul Verhoeven, le ProvoCop

De ses débuts aux Pays-Bas à son aventure américaine en passant par la France, Paul Verhoeven manie toujours la provoc pour piquer là où il faut.

total_recall_arte

En ce moment (et jusqu’au 23 janvier) se déroule à Tournai le Ramdam, alias “le festival qui dérange”. S’il y a bien un réalisateur qui mériterait le qualificatif de dérangeant, c’est incontestablement Paul Verhoeven! Sa filmographie est éloquente en la matière: dès 1971 et ses débuts dans son pays natal avec Business is Business, une chronique de la vie de deux prostituées, le cinéaste explore ce qu’il considère comme étant les trois éléments principaux sur Terre: le sexe, la violence et la religion. Après le western médiéval La chair et le sang – tout un programme! – tourné en 1985, le Néerlandais se voit ouvrir les portes de Hollywood, où il signera un paquet de films-cultes et tout aussi subversifs, à commencer par RoboCop, satire à peine voilée de l’Amérique reaganienne de l’époque. Suivront deux autres énormes cartons: Total Recall (photo) et l’inoubliable Basic Instinct, où Sharon Stone croise et décroise les jambes dans une séquence mémorable.
Mais à force de pulvériser le rêve américain en exposant tous les travers et toute l’hypocrisie de la société, Verhoeven finit par se prendre deux gamelles avec Showgirls, une farce qui démolit les shows musicaux de Las Vegas avec une causticité dingue mais qui sera un terrible échec public et critique, et Starship Troopers, pourtant fabuleux film de S.F. mais stupidement qualifié de néo-nazi par ses détracteurs. Le temps ayant fait son œuvre, ces deux titres sont aujourd’hui largement réhabilités. Et le réalisateur a prouvé en 2016, avec Elle, qu’il n’avait rien perdu de sa maestria en matière de provoc. À l’approche de ses 80 ans – il les fêtera le 18 juillet prochain – compte-t-il enfin s’assagir? Bien au contraire: son prochain projet, Sainte Vierge (avec Virginie Efira), traitera de la relation homosexuelle entre deux religieuses au 17e siècle! Le ProvoCop n’a pas fini de dézinguer la morale bien-pensante.

Sur le même sujet
Plus d'actualité