Quand la prostitution touche les ados

Les cas de prostitution volontaire de mineurs se multiplient - une enquête titrée Jeunesse à vendre.

jeunesse_rtbf

Océane, Inès et Léa n’ont pas encore la majorité et pourtant elles ont quitté les bancs de l’école pour le marché du travail. C’est jeune pour se frotter au monde l’entreprise, que dire alors quand c’est pour faire le plus vieux métier du monde? Comme un coup de poing dans les tripes, Jeunesse à vendre documente un sujet parmi les plus tabous: celui de la prostitution des adolescentes. Un problème de société qui n’est plus seulement l’affaire de certains cas isolés mais un véritable phénomène comme le constate tristement la brigade de mineurs qui voit les affaires se multiplier depuis quelques années. Sur son bureau, les dossiers s’empilent, ils viennent de partout. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la prostitution de mineurs n’est pas réservée aux milieux défavorisés, même les bonnes familles volent en éclats quand leur enfant est pris dans le cercle vicieux du sexe tarifé.

Si toutes les histoires sont différentes, la douleur des parents est partout la même. D’autant que familles et institutions sont pratiquement impuissantes face à ces situations dramatiques puisque le cadre légal ne peut intervenir que contre les clients et les proxénètes. Alors ce sont souvent les pères et les mères eux-mêmes qui tentent de retrouver la trace de leur fille, glanant des informations à travers les annonces qu’elles laissent sur des sites peu regardant sur le contenu. Un quotidien glaçant qui n’a d’égal que celui des jeunes filles dont l’insouciance n’est plus qu’un lointain souvenir. Un documentaire pour public averti à la fois horrible, brutal, presque insoutenable et tristement nécessaire.

Plus d'actualité