Sandrine Quétier va se consacrer au métier d’actrice

C’est une des meilleures animatrices de TF1. Tant pis pour eux… Le 31 décembre, elle fera ses adieux à la chaîne.

sandrine_quetier2_tf1

Elle est de ces rares jolies filles qui plaisent à la fois aux femmes et aux hommes, elle est de ces animatrices qui prennent la lumière juste ce qu’il faut sans faire de l’ombre à qui que ce soit. Depuis 1994, elle est passée par France 3 (elle présentait Keno), M6, France 2 et TF1 sans se faire d’ennemi apparent et aucun de ses ex-camarades de jeu ne l’a jamais dézinguée. Même Christophe Dechavanne, qui n’a pas la réputation d’être un homme facile, n’en dit que du bien. Quant aux téléspectateurs, s’il leur est arrivé de se plaindre, c’est pour regretter qu’on ne lui confie jamais une émission en solo.

Elle a effectivement accompagné Thierry Beccaro pour Le grand examen du savoir-vivre, Jean-Luc Delarue pour Les vainqueurs de l’année, Patrice Laffont pour Le code de la route, le grand examen, Dechavanne pour Les 100 plus grands…, Julien Arnaud pour 10h le mag, partage l’écran avec Denis Brogniart et Christophe Beaugrand pour Ninja Warrior, avec Nikos pour 50 Minutes Inside et elle a dû attendre le départ de Vincent Cerruti pour avoir le premier rôle dans Danse avec les stars – toujours flanquée d’un partenaire.

Elle avait encore de belles années télé devant elle; elle a choisi de ne pas renouveler le contrat qui l’unit à TF1 et se termine le 31 décembre. Les belles années qui l’attendent se dérouleront ailleurs. Sur scène notamment. D’abord parce que la quadra tout sourire est la chanteuse d’un groupe de rock, The Jokers, avec Santi de La Mano Negra. Ensuite parce qu’elle voudrait devenir comédienne. Cela peut paraître surprenant, voire inconscient – d’autres people s’y sont risqués… et vautrés. Mais outre ses passages ponctuels dans Nos chers voisins, une apparition dans R.I.S. et Jamais deux sans toit, elle a également fait partie du casting de Fritkot, la série courte humoristique de RTL, où elle incarnait une pétasse arrogante.
 

Sandrine Quétier est la chanteuse d’un groupe de rock, The Jokers, avec Santi de La Mano Negra

A l’époque, elle disait à Première: «(TF1) m’a proposé d’autres rôles, mais je n’étais jamais disponible. Si mon emploi du temps me le permet un jour, banco.» Il semble que le théâtre lui ait tendu les bras, et que d’autres projets soient à l’étude. On peut être sûr que 50 Minutes Inside, qu’elle coanimera jusqu’au 6 janvier, ne manquera pas d’y faire écho.

La direction de TF1, elle, se retrouve devant un problème: la chaîne manque d’animatrices qui aient la carrure et la popularité de Sandrine Quétier. Il y a Laurence Boccolini, boostée par le succès de Money Drop et même du Grand Blind test, en deuxième partie de soirée. Mais elle n’a pas la nature «tout-terrain» de la grande brune. On voit mal Carole Rousseau (heureusement cantonnée au Grand concours) et Valérie Damidot (revenue récemment avec Mon plus beau Noël), la remplacer sur des émissions hebdomadaires. Karine Ferri et Elsa Fayer manquent d’envergure, et surtout de charisme. Quant à Alessandra Sublet dont le sourire est le plus grand palmarès, elle a disparu dans les limbes. Dès le 13 janvier, Nikos Aliagas animera seul 50 Minutes Inside. Ce qui laisse à TF1 quelques mois pour trouver une nouvelle perle rare…

Sur le même sujet
Plus d'actualité