Mr. Robot: la révolution est en marche

Après un an d’attente, Elliot est de retour pour une saison 3 de Mr. Robot qui va vous retourner le cerveau !

mel_robot_rtbf

Suite à une saison 2 un peu décevante, l’excellent showrunner Sam Esmail remonte la pente dans une nouvelle saison au rythme plus rapide et incisif, et qui marque l’arrivée de Bobby Cannavale (Vinyl, Boardwalk Empire) dans le rôle de Mr. Irving. 

Il n’avait fallu que quelques épisodes pour que Mr. Robot, lancée en 2015, conquière la planète série. Golden Globe de la Meilleure série dramatique et du meilleur acteur dans un second rôle pour Christian Slater, le show est un subtil mélange entre techno-thriller, délire paranoïaque et critique du capitalisme. On y suit les aventures d’Elliot Anderson (Rami Malek), un technicien en sécurité informatique qui se mue en hacker de génie la nuit pour contrer la toute-puissante multinationale E(vil) Corp. Après une saison 1 envoûtante qui nous présentait le cadre général de la série, la saison 2 explorait plus en profondeur chaque personnage, mais avait déçu beaucoup de fans par son caractère désordonné. Cette fois, le show se recentre sur son personnage principal dans un troisième chapitre plus incarné dans le monde réel. Sam Esmail se défait des ambitions mondiales de la saison 2 tout en affûtant la construction méticuleuse de la première.

Si la série se déroule en 2015, les événements actuels interagissent avec son univers de manières troublantes, M. Robot étant l’une des rares séries à attaquer directement (avec humour aussi) Donald Trump. L’écriture est précise, la mise en scène brillante et, une fois de plus, Malek prouve à quel point il est essentiel au show. Plus important encore, Mr. Robot pousse le spectateur à se questionner sur le contrôle gouvernemental, la cupidité et la malversation des entreprises, les droits humains, et le pouvoir et la faiblesse de la technologie. Choisirons-nous le bien dans une société où la morale est de plus en plus floue? La question est pertinente dans une Amérique en crise. Mr. Robot se joint alors à The Handmaid’s Tale en se penchant sur l’effet Trump et le combat interne qui divise les États-Unis. La série fait alors autant réfléchir qu’elle inquiète. Et ça marche.

Sur le même sujet
Plus d'actualité