Pablo Andres: “Entre nous 2.0” à Forest National

Remplir Forest sur un coup de tête? Easy-peasy pour Pablo Andres, l’humoriste que personne n’a vu venir.     

andres_tvi_2

Radio, web, télé, scène, séquences avec les Diables Rouges, depuis le début de cette année, l’humoriste est omniprésent dans le Paysage Marrant Belge. Remplir Forest, c’était un rêve… Et il l’a fait, au-delà de ses espérances. “Je ne pensais pas que j’allais remplir toute la salle, comme Jamel Debbouze”, nous confiait-il à l’époque. Eh si. Et ça fait figure de revanche. “Il y a quelques années, à 24 ans, j’ai fait une espèce de mini-carrière dans la musique, j’ai même sorti un album… Je me suis dit ”ça y est”, je me suis bien pété la gueule. Depuis, je suis vacciné contre la grosse tête.” On peut être parfois agacé par la moustache, les Goldentish, les Sexychoukes un peu lourdingues de l’agent Verhaegen. Pourtant face à ce spectacle complet, bouillant de plaisir d’être là, on réalise que l’homme maîtrise. Qu’il a fait le job, en adaptant le show à la taille de la salle, par le biais d’écrans et d’invités-surprises. Puis surtout, l’on se surprend à se marrer face à ces portraits bien tapés.

Ce soir, les non-initiés vont rencontrer des personnages plus surprenants comme le rappeur MC Furieux, ou le très smart Jerem Floquet. “Ils aspirent tous à être autre chose que ce qu’ils sont. On voudrait tous être plus beaux, plus grands… Ça me fait marrer, ce décalage entre nos envies et ce qu’on est.” On peut parfois le trouver macho… “La scène, c’est l’occasion d’exprimer mes origines mexicaines que je ne montre pas dans la vie: la culture de ce pays, un peu testostéronée avec les femmes.” Comique de caractère, de situation, parfois proche de la farce, le ton Andres tient la distance. Aussi parce qu’il reste dans le loufoque, sans méchanceté ni cynisme. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité