Sherlock: Back to black

Ambiance foncièrement plus sombre pour la quatrième (et dernière?) saison de Sherlock.

sherlock_doc

Rien ni personne n’est épargné. Sherlock, John, Mary, Molly ou encore Mycroft, tous doivent faire face aux démons du célèbre détective. La fin de la saison 3 nous avait déjà laissés en manque, entre une mission suicide annulée pour Sherlock et le retour (vraiment?) de Jim Moriarty réapparaissant sur tous les écrans d’Angleterre: “Miss me?” Une fois de plus, nous ne sommes pas déçus. Les enquêtes complexes et passionnantes nous tiennent en haleine jusqu’au bout, dans trois épisodes d’une heure trente qui filent à une allure folle. Et si la saison 3 nous faisait entrer plus en profondeur dans le “mind palace” de Sherlock, tout en explorant le passé (et présent) familial de notre sociopathe préféré, cette saison va encore plus loin dans ce sens. Avec une touche de violence et d’ombre comme le promettaient déjà les teasers, tant au niveau de l’intrigue que de la mise en scène. Déstabilisant, certes. Mais efficace.

Avec une fin qui boucle la boucle, les rumeurs s’accordent à dire que la saison est la dernière de cette géniale adaptation moderne des aventures de Conan Doyle par la BBC. Les deux showrunners Steven Moffat et Mark Gatiss (Mycroft dont le rôle gagne ici en importance) restent énigmatiques sur ce sujet: “Je pense qu’avec ce qui vient de se passer, nous avons assez exploité la manière dont Sherlock et Watson sont devenus ce qu’ils sont. La saison 4 peut effectivement signer la fin de la série. Je ne dis pas que c’est le cas, mais ce serait possible. Cet épisode pourrait être le dernier, qui sait… ”. S’il s’agit bel et bien de la fin, on s’incline. Si pas, on sera très clairement au rendez-vous pour une saison 5

Sur le même sujet
Plus d'actualité