Téléthon, la grande fête

Le week-end est marqué du sceau du 31e Téléthon, petit pari osé devenu machine à dons.

telethon2016

L’histoire du Téléthon français commence avec un pot de peinture et un pinceau. On est en 1987 quand, à la fin d’une soirée inédite, les promesses de dons dépassent les 100 millions de francs et rendent fou un compteur limité à huit chiffres. On est encore loin de la phobie du bug de l’an 2000, et c’est tout naturellement, dans la joie et l’allégresse, qu’un “1” est peint sur un montant en bois. Les organisateurs tablaient sur un maximum de 50 millions de francs, ce sont plus de 181 millions (29 millions d’euros) qui viennent garnir les comptes de la recherche. Voilà comment faire d’un coup d’essai un coup de maître, et créer directement une institution annuelle incontournable.

Cette 31e édition est placée sous le signe de l’exploit. Tout le week-end, les journalistes de France Télévisions rendront compte des records réalisés aux quatre coins de l’Hexagone au profit du Téléthon, mais le grand moment aura lieu samedi midi quand le funambule Nathan Paulin traversera les 650 mètres qui séparent la tour Eiffel du Trocadéro sur une corde plus fine que le dernier iPhone. Entre les prouesses d’amateurs et de professionnels se relaieront les présentateurs du service public pour revenir notamment sur l’état actuel de la recherche. Zazie, véritable habituée du Téléthon, parrainera cette édition 2017, et accueillera à ses côtés des visages connus et reconnus de la chanson française, parmi lesquels Louane, Julien Clerc, Olivia Ruiz et ce bon vieux Dave. Même si chaque année voit surgir ses polémiques quant au “monopole caritatif” que représente le Téléthon, on espère que nos voisins composeront massivement le désormais célèbre 36 37 pour enfin battre le record de 106 millions d’euros de 2006.

Sur le même sujet
Plus d'actualité