Modigliani-Soutine, derniers bohèmes de Montparnasse

Histoires de l’art

modigliani_soutinex4_f5

Nature morte à la soupière, Nature morte aux harengs et aux oignons… Le sujet de prédilection de Soutine dans sa période Montparnasse, c’est ça: la bouffe. La bohème de 1915, ça veut rarement dire “on est heureux” pour ce peintre biélorusse qui refuse les étiquettes mais sera consacré maître de l’expressionnisme. C’est la faim, le doute, les souliers en papier journal et… l’amitié avec Modigliani, sujet de ce soir. Ce lien indéfectible entre des hommes que tout oppose et que l’art rassemble. L’un est élégant et sensible. L’autre, irascible et rustre. Qu’importe. “Parce que c’était lui, parce que c’était moi” expliquait déjà Montaigne.

Plus d'actualité