West Side Story à Flagey

Cette version de West Side Story revisité a envoûté le festival Musiq3 2017. Chance, il y avait des caméras à Flagey.

duo_jatekok-r_geoffrey_arnoldy

Si vous attendez avec impatience le mauvais garçon en look vintage et son cri d’amour, “Maria Maria Mariiiiia…”, éteignez la télé et regardez le DVD. Ici, vous ne verrez pas un copy-paste du film mais bien sa recréation sur scène. Cela s’imposait d’emblée, puisque le fil rouge du festival était le toucher de l’instrument et plus particulièrement du piano. Dans ce cadre, cette version de l’œuvre de Bernstein apparaît comme une évidence. La musique y est reine. Et c’était l’occasion de mettre en avant la dimension rythmique, le swing de ces airs endiablés. Dans ce cadre, le duo Jatekok, soit Nairi Badal et Adélaïde Panaget (photo), qui fait sa spécialité du mix piano-percussions, est apparu comme une évidence. Ces deux pianistes virtuoses sont parties d’une partition revue et remaniée, qui a pourtant conservé la dimension orchestrale de l’original.

Les thèmes et les chansons inoubliables dépotent toujours autant, on dirait même qu’on les retrouve, intactes mais remises au goût du jour. Leur performance musicale est soutenue par un remarquable travail de danse, de vidéos et de lumières, qui renforcent l’émotion et donnent de nouvelles couleurs aux voyous de notre enfance. Seul bémol: cette réinterprétation ne convaincra pas les non-initiés. Pour les autres, elle ne constitue pas une bonne porte d’entrée dans le monument de Bernstein. Elle pourra parfois sembler hermétique ou intellectualisante, dans sa mise en espace… Pour en savourer la subtilité, il est impératif de connaître l’original. On évite donc de l’infliger aux ados.

Sur le même sujet
Plus d'actualité