MotoGP: Verdict final

La course de Valence clôture une saison riche en enseignements.

belgaimage-125235026

En mars, à l’aube d’une nouvelle saison, Moustique titrait “Trois hommes pour un titre” et citait les noms de Marquez, Rossi et Vinales comme prétendants à la couronne mondiale en catégorie MotoGP. Huit mois plus tard, au terme d’une saison riche de 18 courses, dont la dernière prendra place ce dimanche sur le circuit de Valence, force est de constater que nous nous sommes trompés.

Bien sûr, Valentino Rossi n’a pas failli à sa légende et a longtemps donné l’illusion d’être en mesure de remporter son dixième titre mondial. Mais un châssis contre-performant, des erreurs de stratégie (comme à Brno où il est rentré aux stands trois tours trop tard) et une fracture tibia-péroné lors d’un entraînement au ranch auront eu raison des espoirs du Doctor qui devrait néanmoins retenter son pari fou l’année prochaine. Tout comme son jeune coéquipier Vinales – vainqueur des deux grands prix d’ouverture et que tous les observateurs voyaient déjà sur la plus haute marche du podium – qui perdait de plus en plus son éclat et dégringolait au classement général au fur et à mesure de ses contre-performances. Peut-être le jeune espagnol était-il trop confiant en lui?

Une erreur que n’a pas commise Marc Marquez. Il devrait coiffer les lauriers au terme de ce dernier run sur ses terres. Régulier, moins chien fou qu’à ses débuts, la star de chez Honda a accumulé les bons résultats et a assimilé le fait de ne pas tout faire pour gagner, au risque de tout perdre. Un brin de sagesse qui devrait lui permettre de remporter son quatrième titre mondial. Vingt et un points le séparent de son plus proche poursuivant, Andrea Dovisiozo. L’Italien, que nous ne pensions pas voir à pareille fête, a du mérite. Malgré une Ducati capricieuse, il s’est imposé à cinq reprises cette année, un exploit que les Rouges n’avaient plus connu depuis le départ de Casey Stoner. Dovi pourrait créer la surprise ce dimanche, si et seulement si Marquez venait à partir à la faute.

Moins de suspense dans les catégories inférieures, les titres étant attribués à Franco Morbidelli (Moto2) et Joan Mir (Moto 3). Mais l’occasion de juger de l’état de forme de notre compatriote Xavier Siméon, futur pilote MotoGP. Blessé et opéré tout récemment, le natif d’Etterbeek fera tout pour engranger un bon résultat et faire cesser les critiques qui s’abattent sur lui depuis l’annonce de sa montée en catégorie reine. Un univers impitoyable.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité