Nouveau défi pour Nouvelle star

Le télé-crochet fait un come-back avec une équipe et un concept profondément modifiés.

nouvelle_star_jury

On connaît les qualités de l’émission: un jury de professionnels exigeants, des candidats sérieux, avec une vraie culture musicale, un éclectisme qui se fiche des codes et impose en prime time du rock, du jazz ou du metal. On connaît ses défauts aussi: un manque de rythme sur la longueur, le culte de l’ironie, des concurrents moyens qui s’éternisent parce qu’ils ont tapé dans l’œil des téléspectatrices, et une somptueuse absence de promo pour les gagnants. Bien sûr il y a eu Christophe Willem, Julien Doré et Amel Bent (qui n’a d’ailleurs pas gagné). Mais il faut Wikipédia pour se souvenir de Mathieu Saïkaly ou Patrick Rouiller/Paul Plexi, et même les ovnis, comme Luce, Emji et Sophie-Tith, n’ont pas tenu la distance dans le cœur du grand public.

Les jurys ont changé, les audiences ont déçu, le concept a vieilli. Pourtant, revoilà Nouvelle Star sur M6 au lieu de W9 en France, sur RTL-TVI au lieu de Plug en Belgique. Une belle preuve de confiance, associée aux nouveaux jurés (Benjamin Biolay, Cœur de Pirate, la directrice artistique Nathalie Noennec et le producteur Dany Synthé), à la présentatrice, Shy’m, mais surtout à une mécanique flambant neuve. Plus de casseroles. Comme dans The Voice, les 300 candidats qui se présentent ont été sélectionnés sur vidéo. Et le jury a le pouvoir. Il a droit à cinq coups de cœur qui zapperont le reste de la sélection, attribuera des points pour chaque prestation et déterminera qui est éliminé au terme de chaque prime. Ce n’est qu’en finale que le public fera son choix. Un bon point pour la crédibilité de l’émission. La modernisation du concept, à chacune de ses phases, suffira-t-elle à faire de cette nouvelle Nouvelle Star un succès? On croise les doigts.

Sur le même sujet
Plus d'actualité