Le cinéma d’Audiard

Le portrait jusqu’ici le plus abouti de Michel Audiard, l’un des plus célèbres dialoguistes du cinéma français, risque d’avoir besoin d’une réactualisation…

audiard_ventura_belga

En reprogrammant ce documentaire sur Michel Audiard (à gauche), célébrant les trente ans de la disparition d’un mythe pour de nombreux cinéphiles, Arte était loin d’imaginer que le père du réalisateur Jacques (De rouille et d’os, Dheepan…) serait au même moment au cœur d’une mini-tourmente. Puisque ce jeudi 26, nos – sérieux – confrères de la revue policière Temps Noir ont prévu la publication d’une enquête de 120 pages, exhumant d’encombrantes archives de l’auteur, publiées dans des revues collaboratives lors du second conflit mondial et qui attestent d’écrits authentiques “clairement abjects et antisémites.”

Une nuance qui s’imposait, histoire d’apprécier avec le recul nécessaire cette réalisation aussi étonnante que riche, tant par la rareté de ses images que la qualité de ses témoignages où, de Lino Ventura à Jean Gabin, en passant par Bernard Blier, Mireille Darc, Michel Serrault ou André Pousse (à droite), rien ni personne n’est oublié. Pour rappel, entre 1949 et l’année de son décès, 1985, Audiard a figuré au générique d’une centaine de films, dont huit comme réalisateur… 

Sur le même sujet
Plus d'actualité