Moustique en bonne santé

C’est l’histoire d’un magazine qui a une excellente et une mauvaise nouvelle à partager.

Inaugurée en février, notre nouvelle formule aux contenus sociétaux dopés a donc trouvé preneurs: 300.000 lecteurs par numéro pour être exact. ©Moustique

On vous raconte en vitesse la moins bonne, parce que ce n’est pas une surprise. Comme son nom le laisse deviner le Centre d’information sur les médias (CIM) étudie les audiences des acteurs de l’audiovisuel, du papier et du digital. Tous les deux ans, il se penche sur celles de la presse. On ne s’étonnera pas de trouver des chiffres en baisse pour l’ensemble des quotidiens (-10%) et des magazines francophones (-12,4%). 

Mais ces résultats ne sont pas homogènes. La Libre Belgique décolle (+19,5% grâce à ses produits digitaux). Le Soir se maintient (-3%) et L’Avenir se comporte bien (-5,6%), surtout comparé à son rival Sud-Presse (-13,7%). Moustique est lui champion dans sa catégorie, avec une perte de «seulement» 7,4%, ce qui ressemble à une victoire face aux descentes entre 18 et 36% de ses concurrents. Inaugurée en février, notre nouvelle formule aux contenus sociétaux dopés a donc trouvé preneurs: 300.000 lecteurs par numéro pour être exact. Ce chiffre est doublement réjouissant. Il montre une fidélité exceptionnelle à notre marque puisque, malgré nos 93 ans (dans un mois), elle n’exclut pas le goût de la nouveauté et de la modernité. Trois cents mille Belges touchés, c’est d’autant plus encourageant que notre lectorat digital n’a qu’un impact encore limité sur l’addition totale de notre audience. Il nous reste donc une belle marge de progression et un chantier à lancer… très bientôt. Moustique ne va pas mal. Demain, il se portera encore mieux.
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité