SOS souvenirs

France 4 évoque les heures glorieuses du cinéma familial des années 80 made in Hollywood. Retour vers l’insouciance!

dee

C’est le journaliste Christophe Carrière qui a eu l’idée: raconter comment le cinéma holly- woodien, il y a une trentaine d’années, est devenu soudainement le miroir d’un modèle familial qui acceptait de céder plus d’autonomie à ses enfants, sous l’œil insouciant de leurs parents baby-boomers. Le résultat? Un document plein de nostalgie et d’œuvres cinématographiques que le temps a rendues intemporelles, auscultées par les yeux de Tomer Sisley, François-Xavier Demaison, Franck Dubosc ou Marilou Berry qui, à l’époque, ne se rendaient pas compte à quel point les années 80 étaient en train de donner naissance à des films programmés pour émerveiller plusieurs générations.

Une liste sur laquelle, en vrac, se trouvent les Goonies, Gremlins, E.T., S.O.S. Fantômes, Bigfoot ou Retour vers le futur. Un paquet de blockbusters qui possède ce charme suffisamment dingue et humanisant pour s’inviter régulièrement dans les salons du 21e siècle. Grâce à quoi? C’est justement la question que se pose France 4, qui invite nos souvenirs à enquêter sur les points communs entre Steven Spielberg, Robert Zemeckis, Joe Dante et les autres. Quelques indices en guise de mise en bouche: il y avait, dans ces récits-là, des mômes ordinaires amenés à vivre des aventures extraordinaires. Il y avait un décor banal qui, brusquement, ouvrait des portes vers le rêve et le fantastique, laissant les adultes à leurs occupations pendant qu’autour d’eux, le monde changeait. Il y avait le syndrome Peter Pan, bien sûr. Mais surtout, il y avait de la magie et la promesse de souvenirs gravés à jamais dans les têtes. Ce qui explique sans doute pourquoi, en 1982, quand E.T. est projeté en clôture du festival de Cannes, s’ensuivra une standing ovation de 30 minutes…

Sur le même sujet
Plus d'actualité