La Deux fait à son tour sa rentrée

Un tout nouveau taxi, un cuisinier délirant et des news comme on n'en fait pas ailleurs, La Deux annonce une belle saison qui donne envie.

taxi_rtbf

Si La Une s’adresse à un grand public qu’on ne bouscule guère – quelle que soit la qualité des programmes, c’est sur La Deux que la RTBF groupe tout ce qui peut toucher une cible plus jeune et connectée. «La Deux est un laboratoire et le public est présent», se réjouit François Tron. La petite chaîne qui s’est longtemps cherchée a désormais des piliers forts, comme Le grand cactus qui redémarre le 14 septembre, 69 minutes sans chichis (première le 21 avec Laurent Gerra) ou Hep taxi qui transportera le 17 septembre, dans sa Tesla Model X flambant neuve, un Yann Arthus-Bertrand tout heureux d’inaugurer la voiture électrique.

On annonce d’ores et déjà les fameux Magritte, en février, et les D6Bels Music Awards, le 26 janvier, dans une formule améliorée, avec de nouvelles catégories (dont le hip hop, la dance et l’électro). Et les nouvelles saisons de Tellement ciné (vive Cathy Immelen!), Alors on change (dont Gwenaëlle Dekegeleer assurera désormais la présentation), Livrés à domicile, côté émissions… De Vikings, Borgia, Gotham, Game of Thrones, côté séries, avec en prime le très attendu Bureau des légendes.

Mais cette rentrée compte surtout trois nouveautés. D’abord, dans un style drôle et déjanté, le magazine gastro-lifestyle de Maximilien Dienst (ex-Top chef) et Fanny Jandrain (ex-RTL): Max et Vénus. Pourquoi Vénus? Parce que le jeune chef sera entouré de femmes exclusivement, des «personnalités fortes, des femmes de caractère qui ont des choses à raconter» précise Fanny, dont on sent déjà la complicité bagarreuse avec Max. Le contenu? De la cuisine, des chroniques, de l’actu, toujours en rapport de près ou de loin avec la gastronomie et deux recettes, l’une simple, l’autre plus élaborée, autour d’un même produit. Démarrage en octobre pour cette quotidienne de 45 minutes prévue vers 17h30.

Plus sérieux – quoique…: Vews. Ce néologisme (barbarisme?) recouvre une nouvelle manière de traiter l’information. D’abord sous la forme de courtes vidéos publiées sur le Net. Et on sent que l’équipe qui s’en occupe a tout vu, tout étudié et tout assimilé, de la Semaine de Blako mise en images par Julien Grappe (Salut les Terriens) aux angles alternatifs de Quotidien de Yann Barthès. Montage, mise en forme, vocabulaire, insertion d’extraits de films ou de dessins animés, ton direct sans barrières, Vews feut faire le buzz et toucher les 18-35 ans, pas les téléspectateurs qui ont vu passer Luc Beyer, Georges Moucheron et Jacques Bredael. Mais pas question de délaisser la télé pour autant. Vews est également le nom d’un nouveau concept de JT, présenté en alternance par Laurent Henrard et Eric «Le sage» Boever, et qui, nourri de ces capsules web, présentera le résumé de l’actu du jour. Assez enthousiasmant… Démarrage le 2 octobre vers 22h30.  

Enfin La Deux s’offre sa série maison, une coproduction belgo-franco-suisse avec huit comédiens dont Bérangère McNeese, une jeune actrice qu’on voit de plus en plus – encore tout récemment dans La bouse sur Be tv et bientôt dans le film Le viol, d’Alain Tasma, averc Clotilde Courau (le 19 septembre sur France 3). Like-moi, adapté d’un format québécois, enchaîne en 12 épisodes de 26 minutes des sketches très variés qui ont en commun la génération Y, les réseaux sociaux et la façon dont peuvent les gérer ces post-ados obligés de vivre à travers ce prisme mouvant – sans être toujours très habiles à ce jeu d’images. On découvrira Like-moi à la fin de l’automne, avant son passage sur France 4. Qu’est-ce qu’on dit? Merci, La Deux

Sur le même sujet
Plus d'actualité