Un cinéaste particulier

Tim Burton revient à ses premières amours avec un de ces contes noirs dont il a le secret.

miss_peregrine_be

Il avait radicalement changé de registre avec Big Eyes, en 2014. Une tentative moyennement réussie, certes, mais qui avait au moins le mérite de proposer autre chose qu’un énième film gothique avec Johnny Depp en tête d’affiche. Une respiration qui l’a visiblement inspiré, puisque Burton revient à ses premières amours en grande forme. Rien d’étonnant pour quelqu’un ne s’étant jamais senti à l’aise dans le monde dit “normal”: “J’ai grandi au sein de la classe moyenne américaine, dans un univers qui n’était pas fait pour moi. J’ai d’abord connu l’ennui et la solitude, la normalité de ce milieu me paraissait excessivement oppressante. En grandissant, j’ai découvert grâce au cinéma qu’il y avait d’autres façons de voir le monde et que je n’étais pas seul.

Il ne pouvait que s’entendre avec Eva Green pour incarner Miss Peregrine, gouvernante d’un pensionnat réservé à des enfants très particuliers. Quatre ans après Dark Shadows, elle rempile avec joie devant la caméra du cinéaste: “Ado, je regardais énormément les films de Tim Burton. À tel point que burtonien était devenu pour moi un adjectif pour décrire une teinte particulière du ciel.”

Sur le même sujet
Plus d'actualité