Affaires déclassées

Les nouveaux héros de Conviction s’attachent à défendre ceux qui crient à l’injustice.

conviction_tf1

Fini pour elle de jouer les super-héroïnes. Vedette le temps de deux saisons d’Agent Carter, une production fantastique dérivée de l’univers Marvel et (malheureusement) inédite en Belgique, Hayley Atwell se retrouve toutefois déjà à la tête d’un nouveau feuilleton, juridique cette fois-ci. Dans Conviction, elle incarne Hayes Morrison. Une jeune femme qui a pour particularité d’être la fille d’un ancien président des États-Unis. Pour autant, la jeune avocate n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler un enfant modèle. Il ne faut d’ailleurs que quelques instants pour s’en convaincre, alors qu’on la découvre en très fâcheuse posture dès le démarrage de la fiction…

Cette situation pourrait porter préjudice à sa famille, ce qui va la pousser à accepter une offre qu’elle aurait préféré refuser: intégrer une unité spéciale conçue par le procureur Conner Wallace (Eddie Cahill, Les experts: Manhattan), au sein de laquelle elle aura pour tâche de réviser certaines affaires afin de dénicher d’éventuelles erreurs judiciaires. Mais elle n’agira pas seule, puisque son équipe inclut Maxine (Merrin Dungey), une ancienne flic, l’ex-voyou Frankie (Manny Montana), mais aussi et surtout Sam (Shawn Ashmore) qui convoitait la place désormais occupée par Hayes… On s’en doute, ici, les scénaristes vont nous proposer à chaque épisode un cas différent. Si la plupart captivent, force est de constater que les personnages principaux manquent de chair. Raison peut-être pour laquelle les Amerloques ne se sont pas attachés à eux, condamnant la série à n’être produite que sur une unique salve. Tant pis!

Plus d'actualité