Le roi fou

Il y a vingt ans mourait Mobutu. Pour l’occasion, la Trois diffuse la série documentaire adaptée du film de Thierry Michel.

mobutu4_rtbf

Décrit comme extravagant, riche, mégalo et souvent violent, Joseph-Désiré Mobutu s’est appuyé sur la décolonisation pour mettre la main sur son pays. Pourtant, c’est un peu menu qu’on le découvre dans le film de Thierry Michel, en plein cœur de l’expo universelle de 1958 à Bruxelles, dans l’habit d’un journaliste “autochtone”. Menu mais sûr de lui, il n’hésite pas à signaler à ses collègues bruxellois que son peuple le soutient lorsqu’il dénonce la faiblesse des salaires des ouvriers congolais. La première d’une longue série de scènes tragiquement amusantes qui témoignent de l’ambition débordante de Mobutu. Débordante mais pas démesurée, comme le prouve Larry Devlin, à l’époque chef de la CIA au Congo, avouant qu’il n’a fallu qu’une brève rencontre avec le jeune Mobutu pour le considérer comme un leader potentiel, alors qu’à l’aube de l’indépendance, il n’est encore qu’un rouage dans l’équipe du héros Patrice Lumumba.

Réalisé en 1999 par Thierry Michel, véritable encyclopédie de l’histoire congolaise, le film n’a pas pris une ride et trace le portrait du despote à la toque en peau de léopard. Ici décliné en docu en trois parties, il tente aussi d’appréhender les mécanismes historiques qui peuvent engendrer un tel destin et l’on sent une vive critique envers l’Occident, dont chaque grand chef d’État a un jour profité d’une alliance avec Mobutu. Pour son œuvre, Thierry Michel a eu accès à plus de 950 heures d’images d’archives inédites à l’époque et à une cinquante d’heures d’interview de témoins proches du pouvoir. Un travail titanesque dont ressort une longue fresque liant l’Histoire du Congo à l’intimité de Mobutu.

Plus d'actualité