Une Bébel soirée

Un dimanche en compagnie de Jean-Paul Belmondo, grâce à un grand film de Verneuil et un excellent docu.

belmondo_belgaimage-85397784

Je suis très gâté dans ce film: j’ai 3000 hommes de troupe, tout le matériel abandonné sur la plage est d’époque et mis à notre disposition par l’armée, nous avons des Messerschmitt, des Stukas, des navires de guerre, des chalutiers et tout ce qui doit servir à transporter les troupes des côtes françaises vers les côtes anglaises.” Non, ce n’est pas Christopher Nolan qui s’exprimait ainsi au sujet de son formidable et tout récent Dunkerque, mais bien Henri Verneuil, cinquante-trois ans plus tôt, pendant le tournage de l’excellent Week-end à Zuydcoote, qui évoquait déjà la débâcle des Alliés au tout début de la Seconde Guerre mondiale. Jean-Paul Belmondo y campe un personnage désabusé, plongé malgré lui dans ce conflit qu’il trouve absurde. Une composition remarquable pour le comédien, à l’honneur également ce dimanche soir dans le passionnant docu Belmondo, le magnifique, qu’Arte lui consacre à 22h50, juste après le film.

Sur le même sujet
Plus d'actualité