Huit ça suffit?

Retour de Profilage, série blockbuster de TF1, avec un Philippe Bas en forme et des scénaristes en force.

profilage_tf1

Le départ d’Odile Vuillemin, tournant de la saison 7, s’est négocié sans trop de casse. Les audiences ont marqué le coup mais gardé d’excellents scores (5,44 millions de téléspectateurs en moyenne). Au niveau scénario, l’absence de la complexe Chloé s’est fait sentir mais le double jeu d’Adèle et Camille, les jumelles incarnées par Juliette Roudet, a relancé l’intérêt. C’est donc reparti pour un tour. Revoici la bande du très beau très tatoué très secret commandant Rocher (Philippe Bas), toujours aux prises avec le mauvais Argos. On avait terminé sur un cliffhanger monstrueux. Adèle ouvrait la porte à sa sœur Camille, qui s’écroulait, un couteau dans le dos. Elle découvrait alors son kidnappeur, le fameux Argos, et voyait son visage. Elle, pas le téléspectateur! Frustration!

Ce soir, on veut voir (et on verra)! Le redémarrage se fera pied au plancher, avec une affaire d’enlèvement dont les implications iront bien au-delà de la recherche d’enfant disparu. Argos tire les ficelles et l’on lui découvre des liens avec la psycho-criminologue se révèlent. D’ailleurs, Argos n’est-il pas le chien d’Ulysse, celui qui meurt à Ithaque, après avoir attendu 20 ans le retour de son maître? Ulysse, le fils de Camille? Parlant de liens, la relation compliquée entre l’héroïne et le chef sera évidemment un autre élément phare des 10 épisodes. Évidemment, il y aura des embûches. “Évidemment”, dit-on… C’est peut-être là que le bât blesse. Les ressorts scénaristiques apparaissent de plus en plus. Le suspense accroche toujours mais la formule à l’américaine vire prévisible. Huit saisons, c’est beaucoup. Le risque du rebondissement de trop se profile.

Sur le même sujet
Plus d'actualité