Hodor de sainteté

Lors de sa 6e saison, Game of Thrones a assis son règne, sans partage, sur le paysage audiovisuel mondial. 

game_thrones_prod

L’existence du Trône de Fer est, en soi, un plaidoyer pour des fictions intelligentes et ambitieuses. Qu’une série aussi dense, retorse, voire parfois hermétique, suscite à ce point l’engouement d’un public immense et varié ne laisse de surprendre et de ravir! Pour la première fois, cette saison s’écartera des romans de George R. R. Martin et dévoilera des pans d’intrigue inédits à ses lecteurs. Durant ces 10 épisodes, on restera bluffés par le tour de force des scénaristes, qui nous font suivre des dizaines d’intrigues en parallèle, de façons claire (même si un rafraîchissement est parfois le bienvenu), en développant des armées de personnages complexes aux relations aussi intriquées que les épées du trône. L’univers de Westeros s’est considérablement élargi depuis la première saison, et il y a des Stark, des Targaryen, des Lannister un peu partout sur la carte.

Aujourd’hui, nous allons enfin savoir comment Cersei va affronter l’après “marche de la honte”, comment Daenerys va revenir à Meereen après l’épisode Drogon, comment Jon Snow va gérer son poste au sein de la Garde de la Nuit, comment Ramsay Bolton va pouvoir se montrer encore plus ignoble que lors des épisodes précédents, comment le fourbe Grand Septon va étendre son influence, comment Tyrion va trouver sa place, avec Varys, au sein de l’entourage de la reine Dragon… Et ce qu’il est advenu de Sansa, Theon, Jaime, Margaery, Bran, Hodor, du Limier… Tout s’enchaîne, rien n’est jamais acquis, au rythme des implacables engrenages. Tant de nouvelles à prendre. Tant de moments à vivre. Tant de batailles épiques à livrer. Tant de morts à venir… La barre était haute après la saison 5, cette édition l’a encore montée d’un cran. 

Plus d'actualité