Les oiseaux se cachent pour chanter

Focus sur le braconnage oublié des oiseaux chanteurs migrateurs, dont découle un marché juteux.

silence_oiseaux_doc

Le titre original, “Emptying the skies”, peut se traduire par “Vider les cieux”. Infiniment plus poétique que le semblant de jeu de mot lourdingue qui sert de titre francophone au docu de ce soir, il représente bien ce que nous vivons actuellement sans trop le savoir. Peu à peu, notre ciel perd de sa musique car de nombreuses espèces d’oiseaux sont menacées par l’urbanisation et l’agro-industrie. En 2010, le célèbre écrivain américain Jonathan Franzen, passionné d’ornithologie, pointe une troisième raison au déclin dramatique de la population de volatiles: le braconnage. Via un article paru dans The New Yorker, il dénonce le marché noir né autour de certaines espèces d’oiseaux chanteurs et migrateurs. Des dizaines de millions sont illégalement tués chaque année et beaucoup terminent dans les assiettes de restaurants gastronomiques du sud de l’Europe. Comme l’explique le réalisateur Roger Kass, “si vous souhaitez impressionner vos amis dans un restaurant à Chypre, ce n’est pas un caviar que vous commandez, mais de l’ambelopoulia: un minuscule oiseau chanteur”.

C’est en parcourant l’article de Franzen que Roger Kass a l’idée de transposer son papier sur grand écran. De fait l’impact est décuplé et il est plus difficile de nier la triste réalité. Le duo en profite aussi pour suivre un groupe d’activistes dans sa lutte contre le braconnage. Des activistes qui risquent littéralement leur vie pour sauver celle des petits oiseaux chanteurs, porteurs d’un business aux sommes folles. Emptying the Skies a le mérite de sensibiliser à une cause méconnue et dont l’issue pourrait se révéler rapidement irréversible.

Plus d'actualité