Cathy Immelen: «J’aime cuisiner et manger les plats familiaux que faisait ma maman»

Ce samedi 5 août, à 18h50 sur La Une, Jean-Luc Daniel accueille Cathy Immelen dans Mon plat préféré.

cathy_copyright_-_rtbf_-martin_godfroid

L’éditrice et présentatrice de Tellement Ciné quitte son univers et nous livre une de ses recettes favorites. Nous en avons profité pour discuter de sa participation à l’émission, de son rapport à la cuisine et de ses projets.

Étiez-vous motivée à l’idée de participer à Mon plat préféré?

Pas vraiment parce que parler de moi même n’est pas l’exercice que je préfère. Je suis assez expansive et bavarde, mais plutôt secrète sur ma vie privée. Je me disais qu’il y avait peut-être d’autres personnes à mettre en avant, donc je n’ai pas accepté tout de suite. Mais je connais l’émission, je sais que c’est bienveillant et ils m’ont rassurée: le but était de faire des activités et non une psychanalyse. Vu la super journée que j’ai passée, je ne regrette pas du tout.

Comment s’est passé le tournage?

C’était très long. Je suis arrivée vers 7h30 et je suis rentrée à 23h. C’était une bonne grosse journée bien active, j’ai l’impression d’en avoir vécu trois en une ! Vu que ça se passait à Ostende, qu’il fallait démarrer tôt, j’ai logé sur place la veille. Je savais où on était, pas de surprise de ce côté-là, mais pour le reste, aucune idée. En ce qui concerne mon plat préféré, je me doutais qu’on avait dû les renseigner sur mon goût pour le poisson et pour les crustacés. J’ai donc passé la matinée avec des pêcheurs, des vieux marins tatoués, clope au bec, des mecs assez âgés qui avaient vu beaucoup de choses. C’était très impressionnant parce que je n’avais jamais navigué sur la mer du Nord. Pour eux l’eau était calme, alors que toute l’équipe était sur le point d’être malade. Les pêcheurs rigolaient, parce que j’étais toute pomponnée, ça ne collait pas vraiment avec le décor. Mais je me suis mise assez vite dans le bain et j’ai bossé avec eux toute la matinée, ils ont vu que je n’étais pas une chochotte.

Une activité qui vous a particulièrement marquée?

Je suis passionnée de parfums. Si j’avais été bonne en chimie, j’aurais rêvé d’être «nez». On a donc suivi un atelier de parfumerie culinaire, je rêvais justement d’essayer. Nous étions avec une dame qui travaille des accords d’huiles essentielles et de matières premières de parfumerie pour agrémenter les plats, un peu à la manière de condiments ou d’huiles. Je trouve que l’odorat n’est pas assez exploité dans notre société alors que c’est un des cinq sens. C’était vraiment génial de découvrir ce mélange de parfumerie et de cuisine. Je me suis dit que c’était un de mes plus beaux jours de congé. D’autant plus que tout était organisé pour moi et rassemblé en une journée. Si j’avais dû me choisir des activités à réaliser en une semaine de vacances, j’aurais choisi toutes celles qu’on a faites durant l’émission.

Vous-même vous aimez la cuisine du terroir?

Oui tout à fait, j’aime cuisiner et manger les plats familiaux que ma maman faisait, tout ce qui est mijoté, qui prend du temps. J’aime aussi les recettes à l’alcool, le coq au vin ou le bœuf bourguignon. Rien de tel que les repas du dimanche en famille: poulet, salade, compote, j’adore. Pour les produits, je n’achète pas tout bio, je privilégie surtout les fruits, les légumes, certaines viandes et charcuteries. Je fais aussi super attention à aller voir des producteurs belges.

Revenons sur cette année, comment s’est-elle passée pour vous?

Depuis que j’ai Tellement Ciné, les années filent parce que j’ai beaucoup de travail. Je suis présentatrice et éditrice de l’émission, c’est un gros boulot. Le festival de Cannes, qui a clôturé cette saison, était un peu particulier. Il y avait beaucoup de mesures de sécurité, des flics partout, des contrôles comme à l’aéroport… On sentait une espèce de paranoïa et de stress ambiants. À titre personnel, je n’ai pas vécu cette année très sereinement, notamment à cause de tous les événements, les attentats et les affaires politiques chez nous qui m’ont vraiment choquée. J’ai l’impression que la politique n’est plus en phase avec ce que pensent les gens aujourd’hui. Ça me tracasse beaucoup. Qu’on ait des militaires dans la rue, je trouve ça hyper rassurant, mais ça me rappelle à chaque fois qu’il y a un problème éventuel. Dès que la saison s’est clôturée, je suis partie trois semaines au Japon. J’ai voulu m’éloigner assez vite de tout ce sentiment négatif.

Et pour l’année prochaine doit-on s’attendre à des nouveautés?

On va retravailler pas mal de choses. Comme chaque année, l’équipe a fait un gros debriefing avec toute la direction, les conclusions sont très bonnes. Seul point noir, l’horaire. Nous sommes vraiment à une heure charnière, comme la diffusion a lieu à 20h le mardi, on ne touche pas tout le public possible. Par contre les rediffusions du jeudi ou du vendredi vers 21h30 ou 22h rapportent trois fois plus d’audience. Peut-être qu’à la rentrée, il y aura un changement à ce niveau-là. Pour le public qui aime la culture, 20h ne semble pas être le bon créneau. J’ai également appris que les Magritte seraient désormais produits par la RTBF. Le service cinéma sera peut-être mobilisé, mais je n’en sais rien encore. Nous allons probablement travailler ou réaliser des sujets dessus, j’imagine qu’on sera sollicité à un moment ou à un autre.

Plus d'actualité