Des enquêtes techno-friendly

Et si la police passait aux mains d’un entrepreneur privé? C’est le postulat de la série APB, alerte d’urgence.

SÉRIE APB Alerte d’urgence

Gideon Reeves (Justin Kirk, Modern Family) est un petit génie qui s’amuse à innover dans le domaine des hautes technologies. Un vrai gamin. Jusqu’au jour où son meilleur ami, directeur financier de son entreprise, meurt lors d’un braquage. Reeves est sous le choc. Et comme l’enquête piétine, il décide de prendre les choses en main, en l’occurrence de prendre la tête du commissariat du 13e district, quitte à faire chanter le maire de Chicago. Six semaines plus tard, il débarque dans “son” district avec du matériel maison – nouveaux flingues, nouveaux gilets pare-balles -, et une application magique, APB, grâce à laquelle la population pourra signaler les crimes, et la police les localiser en temps réel.

Inutile de dire que, malgré ses millions et ses inventions miracles, le technofreak va avoir du mal à trouver un terrain d’entente avec les officiers de police, comme la charmante Teresa Murphy (Natalie Martinez, Under the Dome). Une confrontation improbable qui revisite le classique duo de flics que tout oppose. En revanche, APB pose deux questions intéressantes. Que se passerait-il sur le plan pratique et surtout éthique si la police était dirigée par des entreprises privées, comme certaines prisons américaines dont on dénonce régulièrement les dérives? Et comment gérerait-elle la situation si des milliers d’internautes rapportaient/débusquaient les crimes autour d’eux comme ils avertissent aujourd’hui les médias des problèmes de circulation? Dommage que la série n’explore pas ce terrain plus en profondeur – elle aurait peut-être évité l’arrêt au bout d’une saison.

Plus d'actualité