Le rock, so british

Fish’n’Chips, le cycle estival d’Arte, s’intéresse à Joe Cocker et au festival de l’île de Wight. Ambitieux…

maddogwithsoul-lhistoirede-2

Cet été, Arte sera britannique ou ne sera pas. Ce soir, la chaîne propose deux documentaires au cœur de l’histoire du rock. Mad Dog with Soul, pour commencer, revient sur la carrière de Joe Cocker, de son premier hit Marjorine, en 1968, à son décès, il y a presque trois ans. Le reportage s’intéresse évidemment au musicien fasciné par Ray Charles mais aussi à l’homme, poursuivi toute sa vie par des problèmes d’addiction. L’ancien installateur de gaz, plongé du jour au lendemain dans le grand bain du show-business, consommait héroïne et acides. Il n’a décroché qu’au début des années 90, après 25 ans de dépendance. Toutes ces substances avaient largement eu le temps de ravager le corps et la voix de l’artiste. Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas cela que l’on retiendra de Joe Cocker. Il aura marqué la musique de sa voix rauque, de sa présence sur scène, de sa performance au festival de Woodstock en 1969, de son concert à l’est du mur de Berlin, en 1989… Et ce sont ces moments que les proches et admirateurs du musicien relatent dans un documentaire sous forme de portrait sensible et intime.

D’une légende à l’autre, Arte prendra ensuite le chemin de l’île de Wight, où est organisé un festival mythique auquel ont participé un certain Joe Cocker, justement, mais aussi Bob Dylan, The Who, Jimi Hendrix, The Doors et bien d’autres, à la fin des années 60. La version la plus marquante, celle de 1970, a rassemblé plus de 600.000 spectateurs. C’est sur cette édition que se penche le documentaire Message to Love. Filmé sous forme de roman, il relate ces cinq jours d’énergie et de musique avec enthousiasme mais réalisme: tout ne fut pas rose. Le festival fut d’ailleurs mis entre parenthèses et ce jusqu’en 2002. Arte offre ce soir un retour en images sur les années hippies et la révolution musicale qui les a accompagnées. Une belle tranche d’histoire…

Plus d'actualité