Game of Thrones épisode 1: L’hiver est là

Cette nuit, HBO a lâché les dragons… Nous avons regardé le lancement de cette saison 7. Attention spoilers!

got_small

La saison 7 de Game of Thrones, l’avant-dernière, démarre au rythme des tambours de guerre. Avec une scène d’ouverture qui montre les innombrables et malfaisants Frey rassemblés pour un banquet. Ils ont toujours eu le sens de la fête, ceux-là. Ils vont la terminer en beauté, laissant place à un générique plus rapide, plus intense que d’habitude. Exit la contemplation des royaumes, la guerre mûrit partout et les armes qui s’entrechoquent couvrent le bruit du vent.

Au Nord, l’armée des marcheurs blancs progresse, et on n’a guère envie de se retrouver face au regard bleu de ces ennemis aussi givrés que glaçants. Au Mur, la garde de nuit veille – et ouvre sa porte à deux jeunes gens à l’allure de sauvageons: Meera Reed et Bran Stark, le ‘corbeau à trois yeux’ qui visualise les images du passé et la progression des Autres.

A Winterfell, Jon Snow, Sansa, leurs vassaux et alliés, la petite lady Lyanna Mormont en tête, sont réunis en conseil de guerre. Petyr ‘Littlefinger’ Baelish, lui, ne se mêle pas des affaires militaires. Il a eu le beau rôle quand il a apporté la victoire aux héros dans la Bataille des bâtards en surgissant à point nommé avec l’armée du Val. Il tente donc de surfer sur sa relative popularité pour se rapprocher de Sansa. Et ce n’est pas gagné… D’autant que contrairement à Jon, obnubilé par les Marcheurs blancs, elle s’inquiète de ce que prépare Cersei, autoproclamée reine des 7 couronnes.

Jaime aussi se préoccupe de ce que mitonne sa sœur. Reine des 7 couronnes, c’est un joli titre mais qui sonne particulièrement creux quand les ennemis menacent de tous côtés. Les Stark au nord, les Tyrell (menés par Olenna, la grand mère de Margaery) à l’ouest, les Vipères des sables (filles bâtardes d’Oberyn Martell, prince de Dorne) au sud. Et bien sûr, à l’ouest, Daenerys Targaryen qui a quitté Meereen et cingle vers Westeros, avec Varys l’eunuque et Tyrion devenu Main de la reine. Mais Cersei, bouffie d’arrogance et de mépris, balaie les craintes de son jumeau qu’elle considère désormais comme une couille molle. La victoire est au bout de sa haine – d’autant qu’un allié inattendu vient leur proposer ses services.

C’est dans un tout autre univers qu’on retrouve Samwell Tarly, à la citadelle. Ses études de mestre passent surtout par le nettoyage des pots de chambre, la vaisselle et le travail sanguinolent de petite main lors des autopsies. Il trépigne, Sam, parce que s’il est venu jusqu’à Oldtown, c’est aussi pour partager ce qu’il sait des Marcheurs, et chercher des moyens de les vaincre. Lors d’une distribution de repas, il est happé par un malade en très mauvais état dont on ne voit pas le visage et qui s’inquiète de Daenerys. Est-elle arrivée?

Sam n’en sait rien mais la réponse est oui. Elle a enfin posé le pied sur la terre de Westeros et retrouvé le château de sa famille, une bâtisse sombre et nue comme l’enfer. La voilà chez elle à Peyredragon. Mais elle n’est pas d’humeur à prendre le temps de s’installer. Elle se contente de dire à Tyrion: « Et si nous commencions? »

*

A la fin de la saison 6 tout était en place, il aura suffi d’un épisode pour que les pièces se mettent en mouvement. L’esthétique qui donne à la série sa densité est toujours aussi présente, mais le rythme a accéléré, et chacun des personnages fait désormais partie d’un dessein/dessin plus général. L’hiver est arrivé, et le monde va changer. Même Sandor Clegane, Le Limier, est sujet à des visions, alors qu’il accompagne Thoros de Myr, le prêtre rouge qui pratique les résurrections à tout va.

Ce premier épisode offre quand même une lueur positive, quand Arya rencontre une poignée de soldats-troubadours qui chantent à tue-tête (il faut dire que l’un d’eux est Ed Sheeran) et l’invitent sans arrière-pensée à partager leurs repas. Avec eux, elle se surprend même à rire en dévoilant ses projets assassins. Y aurait-il de l’espoir pour les désespérés?

La saison 7 s’ouvre de très belle manière, et le générique de fin arrive trop vite. Si on sait déjà la frustration qu’elle va nous laisser au terme de ses 7 épisodes, on sait aussi qu’elle ne nous décevra pas.

Plus d'actualité