De son plein gré

Lance Armstrong a accepté de participer à un documentaire le tournant en dérision.

tour-de-pharmacy-hbo-cast-andy-samberg-orlando-bloom

Depuis 1998 et la célèbre affaire Festina, qui révéla alors au monde la pratique d’un dopage institutionnalisé dans le cyclisme, nombreux considèrent aujourd’hui ce sport comme un spectacle pur, davantage que le vecteur d’émotions qu’il a longtemps été. Ironie du s(p)ort, c’est dans cette même année 98 qu’a eu lieu l’avènement de Lance Armstrong, au terme de son cancer. De bon coureur de courses d’un jour, mais largué dès que la route s’élevait, l’homme s’est alors mué en vainqueur de Tour de France, qu’il remporta sept fois de suite, entre 1999 et 2005 …avant qu’en 2012, tout cela ne soit effacé des tablettes de l’histoire, au terme d’un long procès. Pour l’ex-champion, exemplaire pour tant de malades, le déclin, toujours en cours, au vu de ses récentes sorties médiatiques, était entamé.

 

Alors, évidemment, au point où en a été la perception du vélo, outre-atlantique surtout, quoi de tel, finalement, que de miser sur l’autodérision ? Raison pour laquelle le Texan a accepté d’apparaître comme « informateur anonyme » dans ce documentaire parodique (dites mockumentaire), tout de même imaginé par HBO (Game of Thrones) et réalisé par Andy Samberg qui, avec succès, s’était déjà moqué au tennis (avec 7 Days in Hell). Les Evert, McEnroe et Williams laissent ici place à un casting hétéroclyte (Orlando Bloom en …Marco Pantani, Kevin Bacon, Mike Tyson, Dolph Lundgren, Danny Glover, J.J. Abrams) nous replongeant dans un Tour – fictif, bien sûr – de 1982. Pour 52′ burlesques et déjantées, avec une mauvaise foi assumée. Car on rappellera qu’aujourd’hui, le vélo n’a pas eu d’autre choix que de tirer les leçons de son sinistre passé, en étant, de loin, le sport le plus contrôlé de la planète.

Sur le même sujet
Plus d'actualité