Frequency: Par-delà le temps

Inspiré d’un long métrage, Frequency fait le choix de se différencier de son modèle. À raison?

frequency2_rtbf

On ne peut pas dire que Fréquence interdite, un long métrage sorti en 2000, ait marqué l’inconscient collectif, malgré une intrigue originale. Dans ce film, un inspecteur de police (Jim Caviezel) parvenait à converser avec son paternel (Dennis Quaid), décédé depuis des années, par le biais d’une radio. Fasciné par ce pitch, le producteur et scénariste Jeremy Carver – habitué aux séries fantastiques comme Supernatural – a décidé de le ressusciter à l’automne 2016, sous la forme d’une adaptation télévisée. Mais pas question de prendre les mêmes et de recommencer. Désireux de réinterpréter l’histoire, l’auteur a fait le choix cette fois-ci de développer une relation père/fille. “Ça me semblait fort excitant, confie-t-il. En prenant ce parti, le rapport entre ces deux personnages me paraissait bien plus dynamique.” 

Le rôle autrefois tenu par l’ex-vedette de Person Of Interest est désormais endossé par l’actrice Peyton List (Mad Men). Elle incarne la détective Raimy Sullivan dont le père Franck (Riley Smith, True Blood), également un ancien flic, est mort vingt ans plus tôt au cours d’une mission sous couverture. Très vite, la jeune femme entre en communication avec lui, par le biais d’une radio qui lui a appartenu, et va tenter de résoudre des enquêtes avec sa collaboration… Nul besoin d’avoir vu le modèle pour savourer cette honnête transposition, tout juste annulée aux États-Unis au bout d’une saison. Afin de ne pas frustrer ses aficionados, la chaîne de diffusion américaine a diffusé sur le web un épilogue de trois minutes pour boucler la trame. Une initiative qu’on ne peut que saluer.

Sur le même sujet
Plus d'actualité