C’est-y pas Minion?

Un dessin animé réussi, et loin d’être moche et méchant.

moimochemechant3_doc

Avec cette animation farfelue et délirante, Universal tient un hit capable de rivaliser avec les plus grands dessins animés en 3D de Pixar/Disney et Dreamworks. Le coup de génie? Faire du méchant le héros de l’histoire: Gru, un vilain type acariâtre que l’on croirait échappé de La famille Addams. Et qui dans sa maison sombre possède un arsenal d’armes dingos comme le pistogel (Moi, moche… c’est aussi du James Bond dévoyé) et un grand rêve de méchant: voler la lune. Rien que ça! Mais l’autre idée géniale, ce sont les Minions: espèces de pastilles jaunes pop ultra-comiques ne vivant que pour mettre en œuvre les idées démoniaques de Gru. Ces petites bêtes de cartoon sous amphétamine assurent une multitude de gags jubilatoires et poétiques. Si Gru change quelque peu au contact de trois fillettes qui le verraient bien en papa, cette animation foldingue ne perd pas en route son acidité comique qui a fait son succès (200 millions de dollars rien qu’aux USA et le 3e épisode de la saga dans les salles dès mercredi). Attention, gros risque de fous rires incontrôlables.

Sur le même sujet
Plus d'actualité